Que vont devenir les ex-salariés de SeaFrance ?


La question du reclassement se pose désormais pour les quelque 900 ex-salariés de SeaFrance. La SNCF vient de fait 500 propositions d'embauches tandis que LDA dit leur donner priorité pour pourvoir les 300 postes qu'elle compte créer.


© Eric HOURI
© Eric HOURI
Comme elle l'avait annoncé, la SNCF a transmis plus de 500 offres d'emploi au mandataire judiciaire en charge de la liquidation de SeaFrance, pour tenter de reclasser des salariés. Ces emplois sont répartis sur tout le territoire hexagonal. Une minorité des offres, consultables sur un site internet,est située dans la région Nord-Pas-de-Calais. Elles correspondent aux postes actuellement disponibles dans le groupe de transport, qui comprend, en plus de la compagnie ferroviaire, Keolis et Geodis.

«53 cheminots détachés seront repris par la SNCF»

Sollicité par le liquidateur en tant qu'ancien propriétaire de SeaFrance, le groupe SNCF a pour obligation légale de fournir ses postes disponibles, mais pas d'assurer un nombre minimum de reclassements, selon la SNCF, qui précise que les salariés auront 15 jours pour manifester leur intérêt pour une ou plusieurs offres. Ceux qui ne seront pas intéressés recevront une lettre de licenciement et devront s'inscrire à Pôle emploi. Le 10 janvier, le ministre des Transports Thierry Mariani avait indiqué qu'une aide au déménagement de 10.000 euros pourrait être octroyée aux salariés reclassés loin de chez eux. Il avait précisé que sur les 872 salariés de SeaFrance qui allaient perdre leur travail, 53 étaient des cheminots détachés devant être automatiquement repris par la SNCF.

LDA donnera «priorité» aux SeaFrance

Parmi les 300 embauches prévues par Louis Dreyfus Armateurs (LDA) dans le cadre d'une éventuelle reprise de la ligne Calais-Douvres, celui-ci a annoncé qu'il donnerait "la priorité" à l'emploi dans la région de Calais et aux anciens salariés de SeaFrance. Gildas Maire, directeur général Finance et administration du groupe, a toutefois précisé que rien n'était garanti, et que LDA ferait "au mieux selon les compétences et les CV reçus". Selon lui, les accords d'armement en place "permettent d'avoir pour un poste moins de marins que ce que nous avions constaté chez SeaFrance". LDA souhaite également créer des synergies avec son partenaire, le danois DFDS "au niveau administratif, informatique, mais surtout commercial".

AFP

Jeudi 12 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse