Quelle place pour les ports dans la stratégie nationale logistique ?


Sans ports maritimes efficaces intégrés aux supply chains, il semble illusoire de porter une grande ambition logistique nationale. Le rôle des ports dans les chaînes logistiques passe par des dessertes performantes, en particulier ferroviaires, de réels dispositifs de simplification dont douaniers, couplés à des Cargo Community Systems ouverts et modernes.


La desserte ferroviaire, talon d’Achille des ports français ? © GPMM
La desserte ferroviaire, talon d’Achille des ports français ? © GPMM
Aidée par des réformes successives dont la dernière en date en 2008, sur le terrain, l’organisation du passage portuaire français rivalise aujourd’hui avec celle de ses principaux concurrents européens. De l’avis aussi des intervenants invités le 1er mars à Paris par TDIE à débattre sur le rôle des ports au sein de la future stratégie logistique nationale, l’investissement ne semble pas être un frein non plus. Illustrée par le résultat très contrasté de l’autoliquidation de la TVA à l’importation, la capacité de la France à ajuster ses dispositifs pour améliorer son attractivité face à la concurrence des autres États membres limitrophes, du Benelux en particulier, est davantage commentée. Le principal talon d’Achille demeure toutefois l’intégration des ports français dans les chaînes logistiques territoriales. "Le problème de fond est l’absence de réflexion et de vision logistique pour chasser en meute, et l’acceptation sociétale du fret, dans le ferroviaire en particulier", reconnaît Thierry Guimbaud, directeur des services de transport à la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM). Les exemples concrets qui témoignent de ces blocages sont légions. Opposition locale à la ligne Serqueux-Gisors, terminaux multimodaux au Havre et au Verdon à l’arrêt, révision à la baisse des ambitions du chantier combiné de Mourepiane à Marseille le prouvent.

Approche systémique

Si "la bataille des ports se joue à terre", comme le rappelle Hervé Martel, président de l'Union des ports de France et du directoire du Grand Port maritime du Havre, cette image suppose "une stratégie d’axes et une approche systémique", croise Thierry Guimbaud. Haropa sur l’axe seine, Medlink Ports sur le bassin Rhône-Saône ou le GIE North Gateway dans le Nord de la France, autour de Dunkerque, initient cette démarche à approfondir selon tous les intervenants.

"Renforcer les stratégies d’axes"


Rejointes très prochainement par une quatrième sur la façade atlantique assure le directeur de la DGITM, les trois missions parlementaires lancées le 1er février 2016, par le Premier ministre, ont cet objectif. Leurs conclusions sont attendues en juin 2016 avec un point d’étape présenté à l’occasion du Conseil supérieur de l’attractivité le 22 mars prochain. Elles visent aussi à alimenter le volet portuaire du schéma directeur France Logistique 2025 dont les grandes lignes seront débattues en Conseil des ministres d’ici la fin du mois. En parallèle, la DGITM annonce une communication sur le sujet lors du prochain SITL.

Quelques pistes

Sur la base des échanges tenus lors de la réunion TDIE du 1er mars, plusieurs orientations visant à mieux intégrer les ports français dans les chaînes logistiques sont considérées comme essentielles… en sus des simplifications douanières et fiscales en prévision du Code des douanes de l’Union (CDU) exhortées par Herbert de Saint-Simon, président de TLF Overseas. Opposé aux idées reçues et critique vis-à-vis des politiques motivées par le seul report modal, Denis Choumert, président de l’AUTF et de l’ESC, souligne la pertinence du mode routier au regard de ses innovations en termes d’automatisme et de réduction de son empreinte carbone. S’inspirant des exemples belges, néerlandais et allemands, Hervé Martel appelle les pouvoirs publics à définir une véritable politique de soutien, lisible dans le temps, aux modes combinés, et à simplifier le système ferroviaire national. Pointant les rivalités de place portées par Soget et MGI, la création d’une nouvelle génération de CCS unique et ouvert aux chaînes logistiques est également évoquée.

Érick Demangeon

Vendredi 4 Mars 2016



Lu 1516 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse