Rachat de Nol par CMA CGM : vers une consolidation record


L'éventuel rachat du groupe singapourien Nol par CMA CGM, qui fait l'objet de négociations exclusives, aboutirait au rapprochement le plus important de l'histoire de la ligne régulière.


Passé sous giron singapourien en 1997, l'ex-armateur américain APL a des chances sérieuses de rejoindre le groupe français CMA CGM  © APL
Passé sous giron singapourien en 1997, l'ex-armateur américain APL a des chances sérieuses de rejoindre le groupe français CMA CGM © APL
Neptune Orient Lines (Nol) a confirmé être entré en négociations exclusives avec CMA CGM pour son rachat par le groupe français. Après avoir écarté la candidature du numéro un mondial Maersk Line, la maison mère de l'armateur APL se donne jusqu'au 7 décembre pour aboutir à ce qui serait la plus grande consolidation de tous les temps dans le secteur de la ligne maritime régulière, selon Alphaliner, qui se base sur la capacité de la compagnie faisant l'objet du rachat.
La combinaison des flottes des armateurs français (1,79 million d'EVP) et singapourien (540.000 EVP) consoliderait la troisième place mondiale de CMA CGM. Ses 2,33 millions d'EVP lui conféreraient alors 11,5 % de la capacité du marché. Les trois premiers armateurs concentreraient presque 40 % de l'offre globale, dont 14,7 % pour Maersk (2,98 M EVP) et 13,4 % pour MSC (2,71 M EVP).

Maersk et Hapag-Lloyd plus gros agrégateurs

Aux critères d'Alphaliner, le record de l'acquisition la plus imposante est toujours détenu par Maersk pour son rachat en mai 2005 de l'anglo-néerlandais P&O Nedlloyd et ses 450.000 EVP de capacité.
Hapag-Lloyd figure deux fois sur le podium, avec l'acquisition de CSAV (270.000 EVP) au début de l'année dernière, qui suivait celle de CP Ships (190.000 EVP) en août 2005. La quatrième plus grosse opération de l'histoire de la ligne maritime régulière est encore l’œuvre de Maersk, en 1999 sur Sea-Land (185.000 EVP). Viennent ensuite la fusion à 50-50 % de P&O et Nedlloyd (110.000 EVP en ne comptant que la part du premier), puis le rachat par Nol d'APL en 1997, l'armateur alors américain opérant quelque 80.000 EVP.

"Les trois premiers armateurs concentreraient presque 40 % de l'offre globale"


De la 7e à la 10e place, on trouve les rachats de Senator Lines par Hanjin Shipping (1996), de Delmas par CMA CGM (2005), de CCNI par Hamburg Süd (juillet 2014) et de Safmarine par Maersk en 1999. Tous ces armateurs repris opéraient des flottes comprises entre 50.000 et 70.000 EVP de capacité.

La dette de CMA CGM en question

Mais avant que CMA CGM n'inscrive son nom tout en haut du palmarès, quelques détails restent à régler. Alphaliner précise que c'est Lentor Investments, détentrice de 39,5 % des parts de Nol et filiale à 100 % de Temasek, qui est au cœur des négociations, alors que cette dernière possède par ailleurs 27,5 % de Neptune Orient Lines. Le consultant en déduit que la holding, propriété de l'État singapourien, n'a peut-être pas l'intention de se séparer de la totalité de ses 67 % dans Nol, même si le cabinet estime que la loi locale oblige CMA CGM à formuler une offre pour toutes les parts du moment qu'il dépasse 30 % des droits de vote de la société.
Pour Alphaliner, la clé de ces négociations est ailleurs : "Indépendamment de la conjoncture, qui a vu les taux de fret plonger, la conclusion d'un accord repose sur la capacité des deux parties à s'entendre sur la valeur des actifs d'APL, potentiellement difficiles à estimer".
Le consultant émet aussi des doutes quant à la capacité du groupe français à procéder au rachat en numéraire de Nol, qui ferait plus que doubler sa dette, "qui atteint 3,26 milliards de dollars américains", alors que "CMA CGM a besoin de fonds pour racheter les 600 millions de dollars d'obligations détenues par Yildirim" depuis 2011 et 2013. Pourtant, même si Maersk ou un autre offreur peut toujours, en théorie, surenchérir pour remporter le lot, Alphaliner estime ce scénario improbable. Si ses prédictions sont exactes, le treizième armateur mondial deviendra français ou restera singapourien.

Franck André

Mercredi 25 Novembre 2015



Lu 2740 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse