Ralentissement des démolitions de porte-conteneurs avant le nouveau canal de Panama


Le nombre de démantèlements de porte-conteneurs est en baisse depuis le début de l'année. Une situation provisoire due aux problèmes de la côte Ouest américaine et à l'essor de la côte Est, d'après Alphaliner. Le lancement du nouveau canal de Panama devrait y mettre fin.


"La capacité des navires déconstruits en 2015 est de à 95.000 EVP, contre 323.000 EVP l'an dernier à la même époque"
"La capacité des navires déconstruits en 2015 est de à 95.000 EVP, contre 323.000 EVP l'an dernier à la même époque"
Depuis le début de l'année, on assiste, dans le secteur de la ligne régulière, à un recul des mises à la casse des porte-conteneurs. Cette évolution s'accompagne d'un phénomène de vieillissement de la flotte en opération, à rebours de la tendance des ces huit dernières années. Ainsi, la capacité cumulée des navires déconstruits entre janvier et août 2015 est tombée à 95.000 EVP, contre 323.000 EVP l'an dernier durant la même période. Et l'âge moyen  des navires démantelés est de 23 ans depuis le début de l'année, alors qu'il était de 22 ans l'an dernier à la même époque.
Alphaliner avance des explications à cette évolution.

Les plus navires gros épargnés

Pour le consultant, la demande sur le marché de l'occasion a sauvé une partie des navires les plus anciens des chantiers de démolition. Certaines unités destinées initialement aux acheteurs d'épaves sont restées en activité, leur propriétaire profitant d'une "mini-reprise" du marché de l'affrètement en début d'année, avec une hausse des tarifs de 30 % depuis janvier. Le cabinet de conseil cite l'exemple du "Cape Sounion", un navire de 1.055 EVP construit en 1996 a été acheté en décembre par un ferrailleur qui l'a revendu à MSC six mois plus tard. De son côté, Hapag-Lloyd, qui avait annoncé vouloir se débarrasser de 16 vieux navires, en a finalement revendu 11 pour reprendre du service, dont 9 unités de 20 ans et plus.
L'augmentation des prix de l'affrètement est concomitante de la baisse du prix d'achat des navires en fin de vie, tombée de 500 dollars la tonne de déplacement lège en 2014 à 320 dollars aujourd'hui.
Une autre réponse est à chercher du côté de la taille des unités démantelées, qui est elle aussi en baisse. Les 130 porte-conteneurs cellularisés démolis au cours des huit premiers mois de 2014 avaient une capacité moyenne de 2.505 EVP. Les 54 envoyés à la casse cette année affichent 1.765 EVP en moyenne. Ce sont donc principalement les navires les plus gros qui ont vu leur existence prolongée. De janvier à août 2014, 28 panamax de 4.000 à 4.800 EVP avaient été mis au rebut, ainsi que 16 overpanamax compris entre 4.200 et 5.300 EVP. En comparaison, seulement 4 panamax de 4.200 à 4.600 EVP ont été démolis depuis le début de cette année. Alphaliner précise cependant que plusieurs armateurs ont déjà programmé le retrait de leurs plus anciens navires panamax et overpanamax, dont Hapag-Lloyd, Hanjin et Zim.

Décongestion des ports américains

Pour Alphaliner, la raison du report des démolitions de gros porte-conteneurs serait la forte demande en navires panamax constatée cette année en raison de deux facteurs. D'abord, la longue grève qui a touché les ports de la côte Ouest des États-Unis et la congestion inhérente qu'il a fallu absorber par l'ajout de navires. Ensuite, la hausse de la demande sur le marché transpacifique, mais du côté Est de l'Amérique cette fois. "Le lancement de six services Extrême-Orient-côte Est a absorbé 60 navires panamax", explique ainsi le cabinet.
Ce dernier s'attend à ce que la situation actuelle ne soit qu'une parenthèse. Il prévoit que le niveau de démolitions augmentera en 2016 par rapport à cette année. En autorisant le passage d'unités de 9.000 EVP, l'ouverture du canal de Panama élargi en avril de l'année prochaine ringardisera de fait les navires panamax, ce qui devrait envoyer les plus anciens d'entre eux à la casse.
L'élargissement du canal interocéanique pourrait, selon Alphaliner, entraîner le démantèlement de 40 vieux panamax à plus ou moins long terme à partir de l'année prochaine. "Il demeure une incertitude sur le temps que prendront ces démolitions, vu que le prix d'achat des épaves est au plus bas depuis six ans. La tendance n'est pas à une remontée rapide des tarifs étant donné la faiblesse du prix de l'acier", commente le cabinet.
Malgré cette incertitude, le consultant reste persuadé que le marché remontera en même temps qu'augmentera la flotte désactivée. Cette dernière est restée sous les 2 % de la capacité mondiale durant les sept premiers mois de l'année, avant de monter à 2,5 % en septembre, principalement en réaction de la pression sur les prix existant sur le trade Asie-Europe (lire ici et ).

"L'élargissement du canal de Panama enverra à la casse les plus anciens panamax"


Cette proportion devrait mécaniquement augmenter à l'approche de la saison creuse. "Historiquement, il y a une corrélation forte entre le niveau des capacités désactivées et celui des capacités détruites, observe Alphaliner. La perspective d'une baisse du taux d'occupation des plus vieux navires incite leur propriétaire à les faire démolir plutôt que d'attendre une amélioration du marché de l'affrètement".

Franck André

Jeudi 10 Septembre 2015



Lu 957 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse