Rebond du fret aérien en 2014 dans les aéroports français


Bien qu'inférieure aux augmentations constatées en Europe, la croissance du passage et du fret a profité aux aéroports français. Un rebond dans le domaine des marchandises après cinq années de baisse continue. Aux critiques de la Cour des comptes, l'Union des aéroports français répond en rappelant le poids et les retombées économiques de leurs membres sur le territoire national...


Jean-Michel Vernhes, président de l'UAF, et Philippe Aliotti, son délégué général © Érick Demangeon
Jean-Michel Vernhes, président de l'UAF, et Philippe Aliotti, son délégué général © Érick Demangeon
"Inattendue" de l'aveu de Philippe Aliotti délégué général de l'UAF, l'augmentation de 1,8 % du fret avionné l'an passé marque une rupture avec la tendance baissière observée depuis 2010. À rapprocher de la hausse moyenne de l'ordre de 3,6 % à l'échelle de l'Europe, cette progression est portée par les places parisiennes (+ 1,5 %) qui concentrent près de 90 % du trafic. "Cependant, les aéroports de province ne sont pas en reste puisqu'ils ont connu une croissance de 2,8 % tandis qu'en Outre-Mer, elle s'élève à 6,2 %". S'il est trop tôt pour parler d'inversion de tendance, ce rebond permet de revenir sous la barre des 2,4 millions de tonnes. Parmi les aéroports qui enregistrent les meilleures performances en 2014, Orly bondit de 10 %, Lyon-Saint-Exupéry de 11,6 % et Rennes-Saint-Jacques de 13,2 %. Côté trafics postaux, pas de surprise en revanche, on constate même une érosion accélérée de l'activité avec une baisse de 4,2 % concentrée, pour l'essentiel, sur les aéroports de province.

Un succès modeste dans le passage

Sur le front des passagers, le trafic atteint un nouveau record. À hauteur de 175 millions de voyageurs, il se développe de 2 %. "Ce bon résultat est là aussi à relativiser au regard de la croissance européenne de 5 % environ", relève Jean-Michel Vernhes, président de l'union. "Il ne doit pas non plus masquer une situation toujours contrastée, et le fait que les deux tiers de l'augmentation française sont dus aux bons chiffres des aéroports parisiens". Le trafic de ces derniers s'apprécie en effet de 2,6 %, et dépasse les 92 millions de passagers. Intraeuropéens via les compagnies à bas coût et intercontinentaux dans le cas de Roissy-CDG, les flux internationaux expliquent la hausse du trafic voyageurs. Dans le même temps, le passage domestique accuse un repli de 2 % dont un point environ dû aux mouvements sociaux chez Air France, selon l'UAF.

"Roissy-CDG achève 2014 sur un trafic de 1,9 million de tonnes en hausse de 1,1 %"


Parmi les aéroports de province, l'union souligne les performances de Bâle-Mulhouse (+ 10,9 %), Bordeaux-Mérignac (+ 7,1 %) et de Nantes-Atlantique (+ 5,8 %). Les trois profitent notamment de la dynamique réaffirmée des compagnies low-cost. Avec plus de 43,5 millions de passagers, ces transporteurs représentent désormais près de 40 % du trafic sur les aéroports de province, et un quart du trafic global. Les places parisiennes bénéficient aussi de cet élan avec une hausse du "segment low-cost" de 22 % à Orly et de 25 % à Roissy-CDG. Épinglé par la Cour des comptes ("L'Antenne" du 12 février), Dole affiche la plus forte progression en 2014 (+ 44 %) parmi les aéroports de plus de 100.000 passagers.

Poids économique des aéroports

Interrogé sur les critiques formulées par la Cour de la compte sur la gestion des aéroports de Dole et de Dijon, Jean-Michel Vernhes note que, depuis 2007, elle est, comme pour la plupart des aéroports de province, confiée aux collectivités locales. "Depuis, les places aéroportuaires sont devenues chez certaines de véritables outils économiques dont les retombées sont à évaluer à l'échelle de leur territoire". Dans ce cadre, une totale autonomie leur est laissée pour choisir tel ou tel investissement et levier de promotion tout en respectant les règles de Bruxelles, sur les aides publiques et d'État en particulier. Pour appuyer cette position, le président de l'UAF rappelle quelques chiffres sur l'économie aéroportuaire : "En Europe, les aéroports sont à l'origine de 12,3 millions d'emplois directs, indirects et induits, et représentent 4,1 % du PIB soit une valeur ajoutée estimée à 674 milliards d'euros en tenant compte des retombées économiques sur leurs territoires". Avec les mêmes périmètres, "en France, ils sont à l'origine de plus de 1,14 million d'emplois. Avec une valeur ajoutée de 81,6 milliards d'euros, l'activité des aéroports français correspond à 4 % du PIB national". Un partout, la balle au centre.

Érick Demangeon

Vendredi 13 Février 2015



Lu 365 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse