Refonte des aides pour l'export alimentaire


Une mission sénatoriale préconise une refonte et surtout un regroupement des dispositifs de soutien aux exportations agroalimentaires jugés redondants voire concurrents et mal coordonnés.


© GPMR/R. Hondier
© GPMR/R. Hondier
Le Sénat serait pour une refonte des aides liées aux exportations alimentaires. "L'atout que représente l'agroalimentaire s'essouffle année après année", estiment les sénateurs Yannick Botrel et Joël Bourdin (mission Agriculture) et André Ferrand et Christian Bourquin (mission Économie) qui pointent dans un rapport présenté mercredi 17 juillet "un déficit de coordination alors qu'un très grand nombre d'acteurs participent au dispositif".

Création d'un opérateur unique

Les sénateurs en ont ainsi dénombré une douzaine, dont les deux principaux organismes Ubifrance et Sopexa qui agissent selon eux en "concurrence destructrice", mais aussi Adepta, FranceAgriMer, les Chambres de commerce et d'industrie, les Douanes, les services vétérinaires, le réseau diplomatique, la Banque publique d'investissement... Ils préconisent la création "d'un opérateur unique chargé de la promotion et de l'accompagnement" des exportateurs, placé sous la double tutelle de Bercy et du ministère de l'Agriculture. Ou, "a minima d'assurer une coordination entre les différentes structures concernées". Le partenariat entre Sopexa et Ubifrance sous le programme "France Export" s'apparente "davantage à un pacte de non-agression qu'à une stratégie de collaboration", écrivent les sénateurs qui pointent la redondance et le manque de cohérence des missions entre les deux organismes, également présents sur de mêmes événements ou salons. La mission suggère de "préparer la fin de la délégation de service public à Sopexa en 2017" et de mobiliser FranceAgriMer pour structurer les filières agricoles "en amont" vers l'international.
Malgré un excédent commercial en produits agricoles et alimentaires de 11,5 milliards d'euros en 2012, la France a reculé de la deuxième place qu'elle occupait en 2000, derrière les États-Unis, à la cinquième place l'an passé, derrière les États-Unis mais aussi les Pays-Bas, l'Allemagne et le Brésil, notent les rapporteurs. Pour eux, le commerce extérieur agroalimentaire pâtit d'une "gouvernance défaillante au niveau gouvernemental et d'une faible concertation ministérielle" et de la "lourdeur de certaines procédures" en plus de la dispersion des acteurs.

AFP

Vendredi 19 Juillet 2013



Lu 80 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse