Rejet du projet d'aéroport de l'estuaire à Londres


Une commission britannique a rejeté le projet pharaonique d'un "aéroport de l'estuaire" cher au maire de Londres, Boris Johnson, et penche au contraire pour l'extension d'ici 2030 de Heathrow ou Gatwick en vue de garantir la place de la capitale comme "hub" mondial.


Le maire de Londres perd une bataille pour son "aéroport de l'estuaire". Lancée en 2012 par le gouvernement de droite de David Cameron pour étudier divers scénarios, cette commission présidée par l'économiste Howard Davies a tranché mardi 2 septembre : l'extension des capacités aériennes de Londres ne passera pas par la construction d'un aéroport ex nihilo.

"Boris Island"

Ce projet est défendu bec et ongles par le maire de Londres, Boris Johnson, un conservateur aux ambitions politiques nationales assumées. Il propose de bâtir un immense complexe de quatre pistes à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Londres, au sud de l'estuaire de la Tamise, et prévoit la fermeture de l'aéroport d'Heathrow, situé à l'ouest de la capitale. Ce schéma comprendrait la construction d'un vaste terrain artificiel repris sur la mer, surnommé "Boris Island" par les médias britanniques qui se délectent du feuilleton à rebondissement précédant la décision de lancer des travaux.
Les plans de l'aéroport de l'estuaire de la Tamise sont "séduisants", a reconnu Howard Davies, en rendant les conclusions des travaux de sa commission : "en remplaçant Heathrow, ils supprimeraient les nuisances sonores subies par de nombreux habitants de l'Ouest de Londres". Le nouvel ensemble serait en effet bâti plus loin de la capitale, à proximité d'une zone côtière nettement moins peuplée. Mais "les obstacles entravant la mise en service du nouvel aéroport potentiel, les coûts importants et les bénéfices incertains nous font prendre la décision de ne pas retenir ce schéma" dans la liste que la commission va étudier plus avant, a expliqué Howard Davies.

Lutte pour desservir les Brics

Sa commission a mis en avant les défis que représenteraient l'expropriation des riverains, la sauvegarde de la faune et de la flore locale, le transfert des activités d'un aéroport aussi gigantesque que celui d'Heathrow et la cohabitation du nouvel ensemble avec un important centre de stockage de gaz liquide situé à proximité. Elle a aussi souligné les coûts énormes qu'entraîneraient ces grands travaux : entre 67 et 120 milliards de livres en fonction de l'ampleur du plan définitif (entre 85 et 152 milliards d'euros). "Ces coûts pourraient être compensés en partie par la vente du site d'Heathrow, et peut-être par la vente du nouvel aéroport lui-même, mais le coût supplémentaire pour le contribuable atteindrait quand même 30 à 60 milliards de livres", a-t-elle estimé.
Boris Johnson a immédiatement fustigé la "myopie" d'une commission soi-disant dénuée de vision à long terme. "La commission a fait revenir le débat cinquante ans en arrière et ajouté sa contribution aux dossiers poussiéreux empilés sur une étagère de Whitehall", le siège de l'administration centrale, a-t-il dénoncé. Refusant de déposer les armes, il s'est dit "absolument certain que cette option sera choisie à la fin".
Pour l'instant, les experts n'ont pourtant retenu que trois autres projets qu'ils vont décortiquer avant de rendre un rapport final l'an prochain, dans le but de préserver le rang de Londres comme première plateforme aéroportuaire mondiale en terme de trafic passager. La capitale britannique compte pas moins de cinq aéroports d'ampleur mais son "hub" actuel, Heathrow, souffre de la concurrence des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Francfort et Amsterdam pour la desserte des marchés émergents des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), vient de souligner l'organisation patronale britannique CIB dans une étude.
Deux des projets s'articulent autour de Heathrow, déjà principal aéroport mondial pour le trafic passager international (67,3 millions de voyageurs en 2013). Le premier suggère d'allonger une des deux pistes de l'aéroport pour lui permettre d'accueillir les décollages d'un côté et les atterrissages de l'autre ; le second propose d'y bâtir une troisième piste. Le troisième plan vise à mettre en service une deuxième piste sur l'aéroport de Gatwick (sud). Quel que soit le scénario proposé par la commission, la décision politique finale ne sera toutefois pas prise avant la prochaine législature (2015-2020) pour une mise en service espérée d'ici 2030.

Patrice Novotny

Mercredi 3 Septembre 2014



Lu 130 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse