Renault inaugure la seconde phase de son usine de Tanger



© Renault
© Renault
Le groupe Renault a inauguré mardi 8 octobre la seconde phase de son usine géante de Tanger, au Maroc, une base "low-cost" aux portes de l'Europe dont l'ouverture avait suscité l'an dernier un tollé en France sur le thème de la "délocalisation" industrielle. Cette seconde unité, d'où sortiront des Dacia Sandero, va permettre au constructeur français de doubler sa production et d'atteindre les 340.000 véhicules par an en 2014, faisant de Renault Tanger "la plus grande usine" du genre en Afrique, selon ses dirigeants. Renault a également lancé un projet d'usine à Oran, dans l'Ouest de l'Algérie, mais sa taille est sans commune mesure puisque la production ne devrait pas excéder les 75.000 véhicules par an, à destination du marché local. Inaugurée par le DG de Renault au Maroc, Jacques Prost, et le ministre marocain de l'Industrie, Abdelkader Amara, cette seconde chaîne de Renault Tanger représente un investissement de 400 millions d'euros. Le coût global du projet a été estimé à un milliard d'euros lors de son lancement. Avec la perspective de produire 340.000 unités dès 2014, il n'existe "pas de comparatif" en Afrique, a confirmé Jacques Prost, alors que le site de Melloussa, une zone franche située à 30 km du port ultra moderne de "Tanger-Med", est présenté par Renault comme un futur "hub" pour le continent. Le japonais Nissan est d'ailleurs censé rejoindre les rives du détroit de Gibraltar, dans le cadre d'une troisième phase du projet. Mais aucune date n'a pour l'heure été avancée.
Le site de Renault-Tanger, qui emploie à ce jour 5.000 personnes, est essentiellement destiné à l'export (près de 90 %) et alimente déjà plus de vingt-cinq pays, notamment européens. Sur le marché marocain, Renault et Dacia occupent par ailleurs la position de leader, avec plus du tiers des commercialisations. Outre les faibles coûts salariaux, le groupe français bénéficie à Tanger des nombreux avantages de la zone franche (exonération de l'impôt sur les sociétés pendant cinq ans puis à taux réduit, absence de taxe d'exportation...).
Son inauguration en février 2012 par le roi du Maroc Mohammed VI et le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, en pleine campagne présidentielle, avait néanmoins suscité une vive polémique en France sur le thème de la délocalisation. Mardi, Jacques Prost a de nouveau défendu le choix du groupe, expliquant que la fabrication de "ce type de voiture ne peut se faire que dans ce type d'usine". "Encore une fois, il faut trouver des clients, et au bon prix. Mais, vous le savez, depuis l'inauguration, il y a eu quand même un grand engagement de Renault dans le plan compétitivité en France qui permet d'apporter, je pense, un peu plus de sérénité au débat", a-t-il ajouté. Le salaire mensuel moyen évoqué au moment de l'inauguration de Renault Tanger était de 250 euros, soit moitié moins que celui de l'usine roumaine de Pitesti, arrivée à saturation. "Un opérateur de 24-25 ans formé chez nous touche 15 % de plus par rapport au salaire moyen de la région", a déclaré mardi Tunç Basegmez, le directeur du site. Cette usine est aussi d'une importance vitale pour le Maroc. "C'est tout un tissu de fournisseurs qui se structure", et "c'est toute une région qui est maintenant dynamisée", s'est félicité le ministre marocain de l'Industrie. À son arrivée, Renault avait évoqué la création de 30.000 emplois indirects au total. L'effet est également bénéfique pour la balance commerciale du royaume, mal au point. Enfin, "la présence de Renault nous a permis de nous inscrire dans la carte de l'automobile à l'international", a relevé Abdelkader Amara qui, en janvier dernier, avait évoqué des discussions avec deux autres grands constructeurs, dont l'indien Tata. Mardi, il a émis l'espoir que ces "pourparlers" aboutissent "dans les années à venir".

Guillaume Klein

Mercredi 9 Octobre 2013



Lu 119 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse