«Renoir» et «Cézanne» à la casse en Inde


Deux vieux ferries français de SeaFrance, «Renoir» et «Cézanne», vendus en juillet à une société écran panaméenne, sont arrivés en Inde où ils vont être démantelés "en dépit de la réglementation européenne sur l'exportation des déchets", a dénoncé l'ONG Robin des Bois.


© SEAFRANCE
© SEAFRANCE
"Ils sont tous les deux arrivés en Inde dans la baie d'Alang et sont sous la menace d'être échoués pour démolition, ce qui, à notre sens est inadmissible", a expliqué Christine Bossard, chargée de la campagne de démantèlement des navires à l'association écologiste. "On a alerté les autorités locales et on a demandé aux autorités françaises de rapatrier les navires", a-t-elle ajouté sans avoir cependant obtenu de réponse à leurs nombreuses sollicitations depuis 2010. Les deux navires, construits en 1980, ont été vendus en juillet par SeaFrance à une société écran panaméenne, opérant elle-même pour le compte d'une société allemande Condor Maritime, a souligné Christine Bossard. "Le ministère de l’Écologie a indiqué à un journal que les navires allaient continuer à être exploités encore pendant dix-huit mois", a-t-elle précisé. "Mais cette clause n'est pas crédible parce qu'il s'agissait de navires désarmés depuis plus de deux ans", a-t-elle noté. Selon Robin des Bois, SeaFrance a reconnu avoir vendu les navires à une compagnie panaméenne pour environ 6 millions de dollars. "Ils ont donc fait un bénéfice de 6 millions de dollars parce qu'ils ont expédié ces navires à la casse en Inde", a souligné Mme Bossard. D'après une estimation basse de l'association, basée sur le prix de vente à la tonne des ferrailles de navires (entre 450 et 500 dollars), ces deux navires ont pu être revendus 8 ou 9 millions de dollars aux chantiers de démantèlement indiens.
Constatant la poursuite de "la fuite des navires européens vers les chantiers asiatiques", l'association accuse les autorités de permettre que "le même tour de passe-passe se répète inlassablement : vente miracle à un «armateur» fantôme non européen, repavillonnage sous des couleurs complaisantes et mise à la casse incognito". Les écologistes déplorent aussi que "les chantiers de démolition des navires demandés par les associations, les syndicats mais aussi le Grenelle de l'environnement et de la mer soient restés à l'état de projet avorté".

.

Jeudi 1 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse