Reprise des barrages filtrants autour des dépôts pétroliers



Des conducteurs de camions transportant des matières dangereuses (carburant, gaz, produits chimiques...) ont repris lundi 29 mai, après une pause dominicale, la grève déclenchée vendredi 26 mai pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail, avec des barrages filtrants installés dans quelques villes. En Île-de-France, des grévistes "essaient de convaincre les conducteurs" de se joindre au mouvement et le trafic est "ralenti" devant huit des neuf dépôts pétroliers de la région, d'après Fabrice Michaud (CGT Transports) qui a estimé la proportion de grévistes "aux alentours de 70 %". Les grévistes sont "motivés", d'autant que "nous n'avons toujours pas d'écho de la partie patronale, même pas le principe d'une rencontre", a-t-il poursuivi, en dénonçant le "mépris" des fédérations professionnelles. Selon lui, les opérateurs de chargement et déchargement des camions du groupe Total "envisagent" aussi de se mettre en grève, sur les sites de Pont-les-Valence, Gennevilliers, Toulouse et Valenciennes. Au port de Gennevilliers, une trentaine de camions ont bloqué la circulation avant que les forces de l'ordre n'interviennent. En début de matinée, la sortie des poids lourds d'approvisionnement se faisait progressivement. À la raffinerie de Grandpuits, des militants de la CGT ont distribué des tracts aux conducteurs à partir de 4 heures du matin depuis l'entrée de la base de chargement. En début de matinée, "dix camions étaient stationnés au bord de la route". Fabrice Michaud assure que "70 à 80 %" des stations-service franciliennes sont "en risque de rupture de stock, contrairement au discours rassurant de l'Ufip". Avec cette grève, la CGT entend pousser le patronat (FNTR, TLF et OTRE) à "négocier" l'insertion dans la convention collective du transport routier de "spécificités" propres aux matières dangereuses. Elle demande notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois. Le syndicat dit attendre depuis le 10 mai une réponse à ses revendications. Sans réponse lundi, "on reconduira le mouvement demain", a assuré Stanislas Baugé (CGT) depuis le dépôt de La Rochelle, où une trentaine de syndicalistes filtraient les entrées et sorties du site depuis 4 heures.

AFP

Lundi 29 Mai 2017



Lu 291 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse