Retour prudent des compagnies pétrolières étrangères au Mexique


Expulsées il y a 76 ans, les compagnies pétrolières étrangères ont toujours souhaité revenir au Mexique, mais maintenant qu'une loi sur l'énergie le leur permet, elle attendent avec prudence de connaître les termes précis des contrats avant de commencer à opérer.


Pemex représente plus du tiers des revenus budgétaires du Mexique © Pemex
Pemex représente plus du tiers des revenus budgétaires du Mexique © Pemex
"L'appétit" de ces entreprises "est très grand", affirme Emilio Lozoya, directeur général de Pemex, la compagnie publique détenant le monopole de la production de pétrole et de gaz dans le pays depuis 1938, sous la présidence de Lazaro Cardenas. Le Parlement a adopté mercredi 6 août une ambitieuse loi sur l'énergie voulue par le président Enrique Peña Nieto, élu fin 2012, qui ouvre aux compagnies privées le secteur des hydrocarbures dans la deuxième économie d'Amérique latine. Selon Emilio Lozoya, une fois le texte promulgué par le président, il ne manquera plus que "cet appétit, cet intérêt et cet investissement se traduisent en infrastructures et en emplois". Mais pour les analystes, il faudra encore du temps pour voir arriver des investisseurs, alors que la production de brut ne cesse de chuter, faute de financement suffisant, passant de 3,4 millions de barils par jour en 2004 à moins de 2,5 millions actuellement.

Incertitudes légales

Et Pemex, qui représente plus du tiers des revenus budgétaires du Mexique, a annoncé fin juillet une perte de 4 milliards de dollars au deuxième trimestre, supérieure à celle enregistrée sur la même période de 2013 (3,7 milliards de dollars).
"Il est évident que les grandes entreprises internationales veulent venir, mais elles attendent, elle veulent en savoir plus", affirme David Shields, auteur notamment de l'ouvrage "Pemex, la reforma petrolera" (2006).
Les investisseurs étrangers attendent de voir "le premier contrat d'exploration avec la possibilité de produire du pétrole", pour se faire une idée des impôts qu'ils auront à payer et mesurer les risques et les bénéfices, poursuit-il.
"Avant d'investir des millions de dollars, les entreprises veulent être sûres de saisir tous les aspects légaux", confirme Pete Garcia, directeur exécutif de la Chambre de commerce américano-mexicaine de Houston, considérée comme la capitale du pétrole des États-Unis.
"Il y a beaucoup d'avocats qui ont beaucoup de travail en ce moment", résume Pete Garcia, précisant que des géants comme ExxonMobil ou BP participent à des groupes de travail autour de projets au Mexique, de même que la banque espagnole Santander.
Raymundo Tenorio, chercheur à l'Université privée Tec de Monterrey, souligne qu'un autre élément pouvant doucher les ardeurs des investisseurs concerne "une charge fiscale brutale, qui doit décroître peu à peu", prévue par la nouvelle loi.
Une autre préoccupation provient de l'insécurité régnant dans la zone pétrolière de Burgos, une région touchée par les violences liées aux trafics de drogues, ajoute Pete Garcia.

"Manger tout cru"

Enfin, la corruption endémique au Mexique : "Le gouvernement va devoir démontrer qu'il peut être transparent, qu'il peut faire place nette", souligne David Shields.
Plusieurs entreprises familiarisent leurs employés avec les lois américaines sur la corruption étrangère, car "personne ne veut aller en prison en essayant de gagner un marché mais ne le faisant pas de la bonne façon", résume Pete Garcia.
Le gouvernement et les partis ayant soutenu cette réforme - le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir) et le Parti action nationale (PAN, conservateur) - affirment que les nouvelles autorités régulatrices du secteur seront "des arbitres très solides" qui ne céderont pas "aux intérêts des plus riches".
La gauche s'inquiète elle de voir brader ou tomber dans des mains étrangères la principale ressource du Mexique et a initié une consultation populaire pour tenter de revenir sur cette loi, dans un pays où près de la moitié des 118 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté.
L'exécutif espère au contraire maximiser les ressources du pays, et notamment exploiter le pétrole en eaux profondes dans le golfe du Mexique.
Lors d'une récente visite au Mexique, le gouverneur de la Californie, Jerry Brown, a recommandé au pays d'avoir "la main ferme" avec les entreprises étrangères. Sans quoi "elles vous mangeront tout cru", a-t-il averti.

Laurent Thomet et Jennifer Gonzalez Covarrubias

Mercredi 13 Août 2014



Lu 104 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse