Rhin : des chargeurs motivés pour le fluvial


Les Assises des chargeurs de VNF à Strasbourg ont confirmé la richesse des attentes des utilisateurs de la voie d’eau, notamment pour une cale et une information de qualité.


© Christian Robischon
© Christian Robischon
L’avenir n’est pas que dans le gigantisme. Ce message ressort des Assises des chargeurs du bassin du Rhin, organisées par Voies navigables de France (VNF) à Strasbourg la semaine dernière. La rencontre restituait et commentait les attentes – et les points de satisfaction ! – qu’une centaine d’utilisateurs de la voie d’eau ont exprimés pendant plusieurs mois lors d’ateliers d’échanges répartis en cinq filières principales : produits agricoles, matériaux de construction, chimie-hydrocarbures, bois-biomasse et conteneurs.

"La surcapacité en Europe est le fait des grandes cales"


Les quelque 160 propositions qui sont ressorties, les opérateurs les traduisent d’abord comme le besoin de développer une cale intermédiaire de 1.000 à 1.500 tonnes et de moderniser la flotte pour exploiter les potentiels nouveaux du petit gabarit. «La surcapacité en Europe est le fait des grandes cales», estime Michel Dourlent, président de la CNBA (Chambre nationale de la batellerie artisanale). «Quant au petit gabarit, Il y a de la place pour son développement, y compris en transport de conteneurs, mais il faut pour cela un renouvellement de la flotte dans le sens de l’innovation», a-t-il poursuivi. À ce titre, les Assises ont donné la parole à Bruno Kenner pour son «DT Project», un projet de cale pour colis lourds sur le canal du Rhône au Rhin qui repose sur un principe de flotteurs amovibles dépliables-repliables. Son porteur espère sa mise en service en 2016.
Mais l’investissement dans ces «petites» flottes, s’il est moins onéreux, reste conséquent… et difficile à obtenir : le financement constitue un autre sujet de préoccupation amplement exposé à Strasbourg. «Aux taux de fret actuels, investir dans le neuf, c’est compliqué. Et dans les banques, la difficulté vient d’abord de la rareté des spécialistes du sujet qui seraient en mesure de convaincre leur organisme de prendre le risque», observe Christian Parent, président d’Entreprendre pour le fluvial. Avec son prêt d’honneur jusqu’à 80.000 euros sans intérêt sur cinq ans, le fonds Fluvial initiative d’EPF a créé un «effet levier de 1 à 13» auprès des banques pour les 80 projets qu’il a soutenus depuis cinq ans, relève Christian Parent. «Pourquoi ne pas demander une participation financière aux chargeurs dans les premières années d’exploitation ? Cela se pratique à l’étranger», a ajouté Michel Dourlent.

Système d’information fluvial

Modernisation de flotte, financement et formation constituent la première «condition de réussite» retenue par les Assises. La rencontre s’est également penchée sur la communication entre acteurs et vers l’extérieur, la compétitivité de la chaîne fluviale (mutualisations de pré et post-acheminements, multimodalité, optimisation des frets retour…) et sur la meilleure information des utilisateurs, en particulier la capacité d’anticipation des basses d’eaux. Cette forte attente est en passe de trouver sa réponse, grâce au «Système d’information fluviale du Rhin supérieur» que VNF et EDF préparent de concert dans un périmètre de dix écluses. Ses fonctionnalités viennent d’être définies en fonction des besoins prioritaires exprimées par les utilisateurs potentiels : prévision des niveaux d’eaux à deux semaines, estimation du temps de trajet, information sur la circulation en cours, annuaire exhaustif des interlocuteurs. «Nous lançons un appel à expérimentations d’avril à septembre 2015 et visons une mise en service en 2016», indique Michel Bach, chargé du projet chez VNF.

Christian Robischon

Jeudi 11 Décembre 2014



Lu 566 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse