Rhône-Alpes résiste à la désindustrialisation


Avec ses 418.500 salariés et ses nombreux savoir-faire, la région Rhône-Alpes figure au deuxième rang national des régions industrielles, après l’Île-de-France et loin devant les Pays-de-la-Loire, région qui compte 247.500 salariés. Rhône-Alpes elle aussi a perdu beaucoup d’emplois mais une enquête de l’Insee pourrait donner un peu d’espoir avec au moins une stabilisation en 2013.


© TOTAL
© TOTAL
Entre 1990 et 2010, la région Rhône-Alpes a perdu 24,3 % de ses emplois industriels. L’Insee pointe trois raisons à ce bilan : l’externalisation, les gains de productivité et la concurrence internationale.
L’externalisation d’activités vers les entreprises de services, à faible valeur ajoutée comme le nettoyage, le gardiennage, la sécurité, l’intérim, ou vers les services supérieurs comme les postes juridiques ou comptables, serait en cours de ralentissement. «Elle représenterait environ 25 % des diminutions d’emplois industriels sur la période 1980-2007 mais moins de 5 % sur la période récente», observe Pascal Oger, directeur régional de l’Insee.
Les gains de productivité qui permettent de produire plus avec moins d’emplois et de maintenir la production, ont augmenté en moyenne annuelle de 2,9 % en France dans l’industrie et de 0,2 % dans les services. Les effets directs et indirects induits sur l’emploi industriel expliquent la baisse d’environ 30 % de ces emplois mais en Rhône-Alpes, le nombre de cadres et de professions intermédiaires connaît une évolution favorable.

Balance commerciale positive

La concurrence internationale est plus difficile à quantifier mais la concurrence étrangère contribue entre 13 % et 40 % à la baisse de l’emploi industriel. On en voit les effets avec l’effondrement du solde commercial de produits manufacturés. En 2005, la balance commerciale était encore positive en France mais la tendance s’est aujourd’hui inversée. Elle reste positive en Rhône-Alpes. Quelles mesures prises ces derniers mois pourraient vraiment remettre la France en ordre de marche et d’expansion ? Dans le pacte de compétitivité de Louis Gallois, plusieurs préconisations concernent l’export. Sur les 25 produits électroniques que l’on utilise régulièrement en France, fort peu seraient français et pourtant plusieurs ont été créés par des Français ! Un tiers de notre appareil industriel est détenu par des étrangers qui sont en attente de décisions gouvernementales.

"Un emploi créé dans l’industrie génère trois emplois dans les services"


La région Rhône-Alpes, première région textile et première région mécanicienne de France, a la chance d’être présente (hors aéronautique) dans presque tous les secteurs industriels exportateurs. Elle accueille de belles PME et groupes de référence même si elle pâtit aussi d’une insuffisance d’entreprises de taille intermédiaire (ETI). Elle abrite des pôles de compétitivité d’envergure nationale voire européenne. Son offre d’emplois qualifiés s’est développée et, aux côtés, des branches traditionnelles, de nouvelles spécialisations sont apparues comme la pharmacie, les plastiques, l’électronique (42 % des exportations nationales proviennent de la région), les cleantech, qui trouvent d’ailleurs souvent leurs origines dans la riche histoire économique et technique de Rhône-Alpes. On estime qu’un emploi créé dans l’industrie génère trois emplois dans les services. La valeur ajoutée industrielle de la région Rhône-Alpes s’élève à près de 28 milliards d’euros et représente 12,9 % du total national. Dans une France très malade et sclérosée qui apparaîtrait maintenant au 15e rang des pays membres de la zone euro pour l’industrie, Rhône-Alpes joue de ses atouts et résiste mais l’année 2013 devrait être très problématique.

Annick Béroud

Mercredi 30 Janvier 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse