Rotterdam pénalisé par la baisse du pétrole brut


Au cours du premier semestre de l’année, le port de Rotterdam a assisté à un léger recul de son trafic. Selon la direction du port néerlandais, cette baisse, évaluée à 0,9 %, est due à la réduction des volumes dans le pétrole brut. Une tendance que les autres filières ne sont pas parvenues à compenser.


© Port of Rotterdam
© Port of Rotterdam
Dans le secteur des vracs liquides, le trafic du port de Rotterdam a enregistré un léger recul au cours du premier semestre. Le trafic a baissé de 0,9 % par rapport aux six premiers mois de l'année 2012. La direction de l'établissement portuaire attribue cette diminution à la tendance globale du marché due à la baisse de la demande.
Elle explique que la diminution des stocks est due, d'une part, à une crainte de voir les prix continuer de baisser mais provient également des arrêts techniques de certaines raffineries. Ces phénomènes se traduisent par une chute significative du tonnage dans le pétrole brut. L'état-major du port indique que la croissance de 4 % de l'activité dans les huiles minérales (due à la hausse des exportations) a permis de compenser partiellement cette perte. La Russie a en effet eu recours à Rotterdam pour exporter du fuel à destination de l'Extrême-Orient.

Charbon en hausse et GNL en repli

En revanche, le port a enregistré une forte baisse de trafic de GNL à l'import au premier semestre. Cette tendance s'explique par le fait que l'essentiel du GNL à l'embarquement part pour l'Asie. Les autres vracs liquides ont progressé de 1 %. Golbalement, cette filière a baissé de 3 %.
Dans le secteur des vracs solides, le charbon (destiné aux centrales thermiques) a progressé de 13 %. La direction du port indique qu'elles ont un coût de revient plus avantageux que les centrales à gaz en raison de la différence de prix entre les matières premières.
Le port néerlandais estime avoir bénéficié du regroupement des grands flux internationaux de charbon et la fermeture des mines situées sur son hinterland.
Quant aux minerais de fer et aux déchets de métal, ils ont augmenté de 6 %. Une hausse que Rotterdam n'attribue pas à la progression de la production d'acier mais à son rôle de port de transbordement vis-à-vis de ses confrères européens. Enfin, les vracs agricoles ont augmenté de 2 %. Au total, les vracs solides ont progressé de 7 % au cours du premier semestre.

"Le recul du conteneur est dû à la baisse des volumes feederisés"


Pour sa part, le conteneur a connu une baisse de 2 % au cours des six premiers de l'année en termes de tonnage. Le nombre de boîtes traitées a reculé de 1 %. La direction du port attribue la baisse de trafic dans cette filière à la persistance de la crise économique en Europe. Le secteur semble avoir souffert davantage du "feedering" (qui a diminué de 6 % par rapport aux six premiers mois de 2012) que du trafic au long cours. Ce phénomène est partiellement dû aux ports de la mer Baltique qui se sont détournés des Pays-Bas en faveur des ports de l'Allemagne du Nord, explique la direction du port néerlandais.
La surcapacité dans le secteur de la ligne régulière est l'autre raison majeure de ce recul de trafic dans le secteur du conteneur, selon la direction du port. Ses responsables expliquent que du coup, pour économiser leurs coûts d'exploitation, les armateurs ont recours à la stratégie du "slow steaming" avec leurs grands navires et desservent en outre davantage de ports que par le passé.
Ce phénomène s'est traduit par une baisse des volumes en transbordement sur le "range" Hambourg-Le Havre, estime la direction du premier port européen.
Toujours dans le secteur du conteneur, les lignes de cabotage ont, de leur côté, progressé de 5 % avec la partie orientale du bassin méditerranéen. Quant au trafic ro-ro, il a observé une croissance de 2 % environ. Cette filière d'activité, à Rotterdam très "interdépendante de l'économie britannique", n'a pas montré pour l'heure de véritables signes de reprise.
Enfin, les autres marchandises diverses ont plongé de 23 % en un an, tirées vers le bas par le recul des importations d'acier. Au total, le port néerlandais a connu un repli de 4 % du conventionnel.

Vincent Calabrèse

Vendredi 19 Juillet 2013



Lu 236 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse