Rouen teste un site pour les boues de dragage


Le port de Rouen va commencer en avril à déverser des boues de dragage sur un nouveau site, au large du Calvados, une "expérimentation" sous surveillance en préparation depuis janvier, selon le Grand Port maritime, mais que contestent toujours les écologistes.


© GPMR/B. Vigouroux
© GPMR/B. Vigouroux
Rouen teste un nouveau site d'immersion de ses boues de dragage. Environ 2 millions de m3 de boues draguées dans le port de Rouen vont être immergées sur le site du Machu, à partir du 16 avril 2012 et jusqu'en janvier 2013, a indiqué Sylvain Hauville, directeur du chenal et des travaux maritimes du port. Le site se trouve à 17 km de la côte la plus proche, entre Houlgate et Deauville.

4,5 millions de m3 par an

Un suivi est prévu jusqu'au deuxième trimestre 2014. Y participeront notamment l'université de Caen, l'institut Pasteur de Lille, et l'Agence de l'eau. Ce suivi a commencé avec l'immersion "en tout début d'année de huit paniers de moules", afin d'observer leur réaction tout au long de l'expérimentation, ajoute le directeur.
Le port de Rouen cherche un nouveau site d'immersion alors que son site actuel dit du Kannik (en face de l'estuaire de la Seine) sera plein en octobre 2014. Le port drague 4,5 millions de m3 de boues par an. "L'expérimentation" a été autorisée par arrêté préfectoral le 21 décembre, après deux enquêtes publiques. La première a été annulée car jugée incomplète par l’État.
M. Hauville affirme que ces "sédiments ne sont pas pollués". Cela fait bondir Charlotte Nithart de l'association de protection de l'environnement Robin des bois. Si, en pourcentage, les quantités de polluants peuvent paraître faibles, les volumes de boues en jeu sont tels que les rejets sont quand même importants, estime l'association. "On a calculé que pour 2 millions de m3 de boue, ça ferait 33 kg de PCB (polychlorobiphényles) pur rejeté en mer", précise Mme Nithart. L'association reproche au port de Rouen de ne pas avoir mis en place de système traitement de ces boues à terre, comme, assure-t-elle, en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Belgique ou à Dunkerque.

AFP

Lundi 26 Mars 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse