Royal Caribbean commande de trois nouveaux paquebots à STX


Le chantier naval STX France de Saint-Nazaire signe une lettre d'intention avec l'armateur américain Royal Caribbean pour la construction de trois nouveaux navires, treize jours après lui avoir livré le plus gros paquebot du monde, l'"Harmony of the Seas".


RCCL a pris livraison le 12 mai de l'"Harmony of the Seas" ©  RCCL
RCCL a pris livraison le 12 mai de l'"Harmony of the Seas" © RCCL
STX France a signé mercredi 25 mai une intention de commande de trois nouveaux paquebots avec Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL). Ces trois navires supplémentaires, livrables en 2021 et 2022, représenteront au total, quand les financements seront bouclés, une commande d'environ "2,5 milliards d'euros" et "22 à 23 millions d'heures de travail", a annoncé Laurent Castaing, directeur général de STX France. "C'est une nouvelle formidable. C'est pour nous la concrétisation de la confiance d'un client alors même que nous venons de lui livrer un paquebot qui n'était pas facile à réaliser", s'est-il félicité.
RCCL, qui a pris livraison le 12 mai de l'"Harmony of the Seas", le plus grand navire de croisière jamais construit, avec 362 mètres de long et 66 mètres de large, et qui fait déjà construire son frère jumeau à Saint-Nazaire pour sa filiale Royal Caribbean International (RCI), a ainsi mis une option sur un cinquième opus de la classe "Oasis", livrable au printemps 2021. Le croisiériste américain est également prêt à commander deux nouvelles unités de la classe "Edge" pour sa marque Celebrity Cruises, livrables à l'automne 2021 et à l'automne 2022. Elles s'ajouteront aux deux premiers navires de grand standing, longs de 300 mètres et pouvant accueillir 2.900 passagers, actuellement en conception à Saint-Nazaire et qui doivent être livrés en 2018 et 2020.

"Le carnet de commandes est plein jusqu'en 2026"


Ces trois paquebots supplémentaires portent à neuf le nombre de commandes enregistrées depuis le début de l'année par STX France, après celles annoncées en février et en avril par l'armateur italo-suisse MSC, autre client historique des ex-Chantiers de l'Atlantique, soit un volume de près de "75 millions d'heures de travail supplémentaires" pour le chantier naval et ses sous-traitants, selon Laurent Castaing. Avec cinq autres navires déjà inscrits au carnet de commandes, celui-ci "est très plein jusqu'à 2023 et plein jusqu'à 2026", a-t-il poursuivi, n'excluant pas de faire "sous-traiter quelques blocs ailleurs en Europe" pour faire face au plan de charge et au manque de place dans ses ateliers de Saint-Nazaire. Ce carnet de commandes étalé sur dix ans va permettre "d'embaucher, investir, faire de la recherche et développement. On devrait sortir de cette période plus forts", a affirmé Laurent Castaing.

Situation historique

Le chantier naval, qui emploie 2.600 salariés et fait travailler actuellement environ 5.000 sous-traitants sur son site de Saint-Nazaire, a procédé à 500 embauches en trois ans, au rythme de 150 à 200 par an, a rappelé son directeur général, promettant de "continuer en 2016 et 2017 pratiquement sur le même rythme".
"Des embauches, il y en a déjà, mais il faut qu'il y en ait plus, aussi chez nos co-réalisateurs", a mis en avant François Janvier, délégué CFE-CGC chez STX, se réjouissant d'une intention de commande qui "permet de souffler, de construire, d'investir, de penser vraiment l'avenir". Pour Christophe Morel, représentant de la CFDT, cette "bonne nouvelle" résulte de l'accord de compétitivité signé début 2014 par une partie des syndicats, au moment où le chantier naval "était dans une situation difficile". "On s'est engagé et aujourd'hui on voit qu'on en récolte les fruits. Les commandes nous tombent les unes derrière les autres", a-t-il lancé. "Le chantier démontre avec ce nouveau succès qu'il sait relever le défi de la compétitivité en poursuivant l'investissement et en restant à la pointe de l'innovation technologique et de l'architecture navale", a déclaré le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, se réjouissant de cette "situation historique et exceptionnelle pour STX France".
Racheté en 2008 au Norvégien Aker Yards, STX France est détenu à 66,6 % par STX Europe (filiale du sud-coréen STX) et à 33,3 % par l'État français.

Anne-Sophie Lasserre

Jeudi 26 Mai 2016



Lu 210 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse