Ryanair accuse Bruxelles de "vendetta" et menace


Ryanair a accusé la Commission européenne, de mener une "vendetta" contre le modèle low cost notamment en enquêtant sur des aides publiques. La compagnie low cost menace une nouvelle fois de fermer des lignes dans les aéroports les plus dépendants.


© Aéroport-Marseille-Provence
© Aéroport-Marseille-Provence
Le 9 mai à Marseille, Ryanair a formulé de nouvelles attaques contre Bruxelles, coupable selon lui de vouloir se venger d'une décision de justice défavorable en 2008.  "Le fait que la Commission européenne, depuis sa défaite dans l'affaire de Charleroi en 2008, ait augmenté le nombre d'enquêtes sur les aéroports (où opère) Ryanair, est une preuve éclatante de la vendetta menée par la direction générale de la concurrence", a estimé le directeur général adjoint de la compagnie aérienne irlandaise, Michael Cawley.

Le système de subvention sur la sellette

En 2008, la Cour européenne de justice avait annulé une décision de la Commission condamnant des avantages consentis par la région wallonne et l'aéroport de Charleroi à Ryanair. Mais Bruxelles enquête désormais sur des aides publiques accordées dans dix-huit aéroports en Europe où opère Ryanair, dont ceux de Marseille, Nîmes, Carcassonne, La Rochelle, Pau et Angoulême. Ces procédures menacent l'activité et les emplois de la compagnie, selon celle-ci. Ryanair demande donc la fin de cette "vendetta", évoquant des fermetures de lignes, voire de terminaux là où il assure l'essentiel de l'activité. "Marseille ne pourrait pas réussir sans Ryanair et l'enquête pourrait conduire à la fermeture du terminal MP2", a-t-il dit.
L'activité de la compagnie serait également menacée par un projet de directive européenne visant à uniformiser les taxes imposées aux compagnies dans les aéroports publics, supprimant ainsi les avantages accordés dans les terminaux low cost. "Quand on achète ses avions 70 millions de dollars pièce, le baril de brut 100 dollars et qu'il faut encore payer les pilotes et les équipages, on ne peut pas reverser 20 euros de taxe par passager aux aéroports sur un prix de billet moyen de 40 euros", a souligné le dirigeant.
Michael Cawley devait ensuite se rendre à Nîmes, Carcassonne et La Rochelle, tandis que le patron de Ryanair, Michael O'Leary, portait le message le 9 mai en Allemagne où plusieurs aéroports sont aussi dans le collimateur de Bruxelles.

AFP

Jeudi 10 Mai 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse