SNCF : l’État ne paiera qu'une partie des investissements annoncés


L’État ne prendra en charge qu'une partie des nouveaux investissements de la SNCF annoncés par Manuel Valls et destinés à moderniser le réseau ferroviaire français, a précisé Matignon.


L'annonce du Premier ministre a été faite dans la précipitation © SNCF Réseau Laurent Rothan
L'annonce du Premier ministre a été faite dans la précipitation © SNCF Réseau Laurent Rothan
Le Premier ministre a annoncé à l'Assemblée nationale qu'il "autoris(ait) le groupe SNCF à dépenser 100 millions de plus en 2017" et 500 millions d'ici 2020, mais pas que l’État prendrait en charge la totalité de la note, a indiqué le 9 juin le cabinet du Premier ministre. Selon Matignon, "la répartition n'est pas complètement calée" et fait l'objet de discussions avec la SNCF. La part de l'État s'ajoutera à "la subvention globale versée au groupe" chaque année, précise-t-on de même source.
Devant les députés la veille, Manuel Valls s'était montré vague sur l'origine des fonds. "L'effort de renouvellement (du réseau ferroviaire) a déjà été porté de 1,5 à 2,5 milliards d'euros. Cet effort sera poursuivi et porté progressivement à 3 milliards par an. Dès 2017, ce seront 100 millions d'euros qui seront rajoutés", avait-il dit devant les députés. Mais Matignon s'était montré plus affirmatif, en laissant entendre que ces fonds proviendraient bien de l’État.

Rétropédalage

"Le gouvernement annonce qu'il va assurer le fait que ça soit porté de 2,5 milliards à 3 milliards (d'euros). Cela veut dire que dès 2017 il y a une tranche de 100 millions" et que "l’État met 100 millions de plus l'an prochain", avait expliqué un conseiller.
Outre ces investissements, Manuel Valls avait annoncé que le gouvernement "veillera(it) à maintenir l'équilibre économique actuel" des lignes Intercités, lourdement déficitaires. Une subvention d’État de 90 millions d'euros destinée aux opérateurs du fret ferroviaire, SNCF en tête, sera également maintenue "dès cette année et pour les années à venir afin d'alléger le coût des péages", alors qu'elle devait diminuer.
Ces annonces visaient notamment à compenser les concessions faites aux syndicats, sous la pression du gouvernement, en vue de mettre fin à la grève de la compagnie publique. Le Premier ministre a toutefois renvoyé à la remise d'un rapport en août la décision quant à la délicate question de la dette de la SNCF, promettant que celle-ci reviendrait au "législateur".

AFP

Vendredi 10 Juin 2016



Lu 364 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse