SNCM : Corsica Maritima vent debout contre le procureur



Le consortium Corsica Maritima est candidat à la reprise de la SNCM © Franck André
Le consortium Corsica Maritima est candidat à la reprise de la SNCM © Franck André
Le consortium Corsica Maritima, candidat à la reprise de la SNCM, a dénoncé vendredi 6 novembre la présentation "déformée et grossière" faite de leur offre par le procureur de Marseille, qui a privilégié l'offre de Patrick Rocca, qui s'est gardé de son côté de tout triomphalisme. Les entreprises corses qui portent le projet Corsica Maritima "sont indignées par les propos du procureur et du juge commissaire lors de l'audience du 4 novembre", devant le tribunal de commerce ont-elles écrit, dénonçant une "manipulation" : "Fallait-il procéder à une présentation aussi déformée et grossière de l’offre de Corsica Maritima pour la disqualifier d’une manière aussi abusive ?" "Qui peut croire que les 130 entreprises du consortium ne seraient pas représentées par une gouvernance claire et structurée ? Qui peut croire que l'offre de financement de Corsica Maritima n'est pas garantie lorsqu'elle s'appuie sur une trésorerie de 62 millions d'euros et un apport en capital de 15 millions d'euros ? Enfin, comment le procureur peut-il remettre en cause, devant le tribunal, notre sérieux, nos compétences et notre honorabilité en pointant du doigt notre business plan, alors que ce dernier a été l'objet d'un travail acharné durant des mois ?", s'interrogent-elles encore. "Qui peut croire que les 130 entreprises du consortium, parmi les plus importantes de Corse, seraient moins solvables que l'offre retenue par le procureur ?", demandent-elles enfin.
Lors de l'audience de mercredi 4 novembre, qui s'est tenue à huis clos, le procureur de Marseille, Brice Robin, a requis en faveur de l'offre portée par l'entrepreneur corse Patrick Rocca, qui se présente comme le premier employeur privé de Corse, à la tête d'un groupe de 27 sociétés, dans les transports, mais aussi l'immobilier, le BTP et les déchets. "L'avis du procureur est un avis parmi d'autres, un avis qui compte, mais pour le moment, je suis sur un «wait and see»", a de son côté réagi vendredi 6 novembre Patrick Rocca. Le passé judiciaire de cet homme d'affaires de 50 ans, condamné en février 2014 par le tribunal correctionnel d'Ajaccio à trois mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende pour escroquerie, abus de bien social et faux et usage de faux, n'entraîne pas d'incapacité à exercer et ne fait pas obstacle, aux yeux du parquet, à la reprise de la SNCM. "J'ai un passé, il faut l'assumer, je l'assume", a commenté à ce propos Patrick Rocca.

AFP

Lundi 9 Novembre 2015



Lu 207 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse