SNCM : des salariés reçus par le président de l'OTC



© Franck André
© Franck André
Une délégation de salariés de la compagnie maritime SNCM, placée en redressement judiciaire, a été reçue mardi 2 décembre par le président de l'Office des transports de la Corse (OTC), Paul-Marie-Bartoli, à Propriano, la ville dont il est le maire. "Nous n'avions rien à lui demander. Nous voulions simplement qu'il prenne la mesure du drame social qui se joue et qu'il voit les visages de ceux qui vont se retrouver à la rue", a déclaré un représentant de la CGT marins, Sylvain Passègue. Il a ajouté que les salariés voulaient mettre Paul-Marie-Bartoli "devant ses contradictions après ses déclarations sur la condamnation de la compagnie par l'Union européenne et son immobilisme qui a suivi". Paul-Marie-Bartoli n'a pas fait de déclarations après cette rencontre avec la délégation de salariés de la SNCM qui assure la délégation de service public entre l'île et le continent et a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Marseille le 28 novembre.
Le Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé mardi 2 décembre à Nantes qu'il veillerait "scrupuleusement" à préserver un "maximum" des quelque 2.000 emplois de la SNCM. Manuel Valls, qui assistait aux Assises de l'économie de la mer, a qualifié d'"aboutissement malheureux mais inéluctable après une décennie de déficits lourds" le redressement judiciaire de la compagnie déficitaire. La compagnie s'est trouvée en cessation de paiement après que l'actionnaire majoritaire Transdev (66 % des parts) a volontairement provoqué le dépôt de bilan de la compagnie en exigeant le remboursement immédiat de créances que la SNCM n'était pas en mesure d'honorer. Transdev, mais aussi l'État, actionnaire à 25 %, considèrent le redressement judiciaire comme la seule solution pour "empêcher la disparition pure et simple" de la SNCM, car cela permettrait selon eux de trouver un repreneur et d'annuler les condamnations européennes obligeant la compagnie à rembourser des aides publiques jugées illégales pour plus de 400 millions d'euros.

 

AFP

Mercredi 3 Décembre 2014



Lu 80 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse