SNCM : la justice confirme "l'obligation pour la France" de récupérer ses aides



Cette décision "ne concerne pas" l'entreprise Corsica Linea, qui a succédé à la SNCM © Afitv
Cette décision "ne concerne pas" l'entreprise Corsica Linea, qui a succédé à la SNCM © Afitv
Le Tribunal de l'UE a confirmé mercredi 1er mars "l'obligation pour la France" de récupérer 220 millions d'euros d'aides, jugées illégales en 2013 par Bruxelles, accordées à la SNCM, ancienne compagnie maritime française en difficulté, placée depuis en liquidation. Cette décision "ne concerne pas" l'entreprise Corsica Linea, qui a succédé à la SNCM après avoir repris une partie de ses actifs et de son personnel, a réagi son directeur général, Pierre-Antoine Villanova. "Corsica Linea est en complète discontinuité d'exploitation avec l'ex-SNCM", a-t-il expliqué. "Nous sommes une nouvelle marque créée par de nouveaux actionnaires". La Commission européenne avait jugé en 2013 que 220 millions d'euros, versés en compensation à la SNCM pour les services fournis en période de pointe, notamment l'été, étaient contraires au droit européen. L'exécutif européen avait alors ordonné à la France de récupérer cette somme. Paris avait refusé d'obtempérer, estimant que cela conduirait à la liquidation judiciaire de la compagnie, alors en grande difficulté. La France et la SNCM avaient introduit un recours en annulation. "Par arrêts de ce jour, le Tribunal confirme la décision de la Commission et, partant, l'obligation pour la France de récupérer l'aide de 220 millions d'euros", est-il précisé. "Les arrêts confirment des principes importants des aides d'État", a commenté un porte-parole de la Commission européenne. Le secrétariat d'État français aux Transports "prend acte de cette décision", qui "ne change rien sur le fond, puisque la France a fait valoir cette créance dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire intervenue à l'automne 2014". "Il s'agit bien de la suite des procédures passées. Elle ne concerne que l'État et la SNCM aujourd'hui en liquidation", a insisté Pierre Maupoint de Vandeul, président du syndicat CFE-CGC Marine. De fait, étant donné la situation de la SNCM, cet argent devrait ne jamais être récupéré, selon une source proche du dossier. D'autant plus qu'en vertu des règles de l'UE, l'obligation de récupérer des aides d'État illégales est satisfaite si la société aidée a quitté le marché, ce qui supprime la distorsion de concurrence.

AFP

Vendredi 3 Mars 2017



Lu 429 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse