SNCM : le comité d'entreprise défavorable aux offres de reprise


Les élus du comité d'entreprise de la SNCM ont adopté mardi 21 avril à l'unanimité des avis défavorables aux trois offres de reprise de la compagnie maritime, qui doivent être étudiées mercredi 22 avril par le tribunal de commerce de Marseille.


La discontinuité économique n'est pas garantie, selon le CE de la SNCM © GPMM
La discontinuité économique n'est pas garantie, selon le CE de la SNCM © GPMM
Sans surprise, les élus du CE de la SNCM ont rejeté les trois offres déposées par l'ex-président du port de Marseille Christian Garin, l'entrepreneur corse Patrick Rocca et le groupe Baja Ferries de Daniel Berrebi, selon le texte des motions adoptées transmis par la CGT. Dans les trois cas, assurent les représentants du personnel, "la discontinuité économique n'est pas garantie, ni validée par une décision de la Commission européenne". Cette question notamment est au cœur du processus de reprise engagé avec le placement en redressement judiciaire de la SNCM le 28 novembre : pour espérer échapper à la double condamnation européenne à rembourser plus de 400 millions d'euros d'aides publiques jugées indûment perçues, il faut créer une nouvelle compagnie suffisamment différente aux yeux de Bruxelles.
En outre, les élus du personnel dénoncent aussi trois offres de reprise qui "ne comportent aucune garantie pour l'emploi", un nombre de salariés conservés "faible" (497 dans l'offre de Patrick Rocca, 800 pour Daniel Berrebi et 897 pour Christian Garin). Les prix de cession sont également jugés trop bas (3 millions d'euros pour Patrick Rocca, 5 millions pour Daniel Berrebi et 12,25 millions pour Christian Garin), même si les offres ne portent pas à chaque fois nécessairement sur les mêmes actifs.

Dix-sept marques d'intérêt

Les actionnaires de la SNCM, Transdev (66 %) et l'État (25 %), avaient obtenu le placement en redressement judiciaire de la compagnie, contre l'avis du CE, officiellement pour lui permettre d'échapper aux condamnations européennes. La société a depuis reçu dix-sept marques d'intérêt, mais seulement trois offres fermes, que le tribunal de commerce de Marseille doit examiner mercredi 22 avril à huis clos.

AFP

Mercredi 22 Avril 2015



Lu 115 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse