SNCM : le conseil de surveillance réuni le 31 octobre à Paris


Le conseil de surveillance de la SNCM, dont les syndicats demandaient la réunion "en urgence", se réunira vendredi 31 octobre à Paris, a-t-on appris de sources concordantes. Le conseil se réunira à 8 h 30, a précisé Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC de la SNCM.


Selon Transdev, «la SNCM est au bord du redressement judiciaire» © Roland Grunchec
Selon Transdev, «la SNCM est au bord du redressement judiciaire» © Roland Grunchec
Le conseil de surveillance de la SNCN se réunira vendredi 31 octobre à Paris. Le syndicats de la SNCM avaient réclamé mercredi 29 octobre la réunion "d'urgence" d'un conseil de surveillance au lendemain d'une réunion en préfecture infructueuse entre la direction, les syndicats et les actionnaires de la société menacée de redressement judiciaire.

Un "toboggan" vers la liquidation

"On constate une accélération suspecte de Transdev (le principal actionnaire de la SNCM) vers le tribunal de commerce", a expliqué Pierre Maupoint de Vandeul. Il a notamment rappelé que la réunion de mardi 28 octobre en préfecture avait mis en lumière les inquiétudes sur la possibilité de transmettre à un éventuel repreneur la délégation de service public de la SNCM, un marché de plus de 600 millions d'euros qui lui a été attribué jusqu'en 2022. Sans la transmission de ce contrat, la CFE-CGC craint que le redressement judiciaire ne soit qu'un "toboggan" vers la liquidation.
Au cours du CE, "la direction a continué à tenir le discours qui est celui de Transdev depuis hier, qui consiste à dire «on est au bord du redressement judiciaire»", a regretté Jean-François Simmarano, délégué CGT. "En même temps, et c'était l'objet de ce CE, elle nous propose d'étudier un projet de réorganisation de l'activité", a poursuivi Jean-François Simmarano. Ce projet, déjà évoqué lors d'une précédente réunion en préfecture, prévoirait notamment plusieurs centaines de suppressions d'emplois. "C'est une drôle de situation... Soit on se donne le temps de valider ce projet et de trouver un repreneur qui accepte ce projet... soit on ne trouve pas de repreneur et c'est la liquidation", a-t-il commenté.

"Une accélération suspecte vers le tribunal de commerce"


Mercredi 29 octobre, la direction de la SNCM avait estimé "urgent" de chercher un repreneur pour la compagnie maritime, jugeant que la "perspective d'un redressement judiciaire se confirmait". Elle avait aussi jugé que la nouvelle réunion programmée le 18 novembre à l'issue de la réunion de mardi 28 octobre n'avait "pas prolongé le moratoire décidé en juillet dernier". À l'issue d'une grève de dix-sept jours en juillet, la solution du redressement judiciaire - soutenue par la direction et les actionnaires de la société, dont l'État - avait été écartée jusqu'à fin octobre, et trois réunions de médiation avaient été programmées. Le rendez-vous de mardi 28 octobre devait être le dernier de ce cycle. Mardi 28 octobre, Transdev avait aussi prévenu qu'il ne se sentait "en aucun cas lié par la prolongation de la médiation au-delà du 31 octobre", et souhaité qu'un redressement judiciaire intervienne "au plus vite".
Roland Blum, adjoint au maire UMP de Marseille, a de son côté mis en garde mercredi 29 octobre contre le redressement judiciaire "prôné par le Premier ministre, qui va en réalité, devenir une liquidation de l'entreprise car il n'y aura pas de repreneurs si la délégation de service public n'est pas transmissible". Les actionnaires et la direction de la SNCM maintiennent que le placement en redressement judiciaire est la seule solution pour éponger son passif financier (14 millions d'euros de perte en 2012) et s'affranchir des condamnations de Bruxelles à rembourser des centaines de millions d'euros d'aides de l'État jugées illégales.

AFP

Jeudi 30 Octobre 2014



Lu 124 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse