SNCM : le tribunal rejette les trois offres de reprise


Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté les trois offres de reprise de la compagnie maritime en redressement judiciaire SNCM et a demandé aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d'offres de reprise.


© Franck André
© Franck André
Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté mercredi 10 juin les trois offres de reprise de la SNCM. Le tribunal a fixé une nouvelle audience le 25 septembre - après la saison d'été - pour examiner les nouvelles propositions qui lui seront soumises. "On enregistre avec satisfaction le fait que le tribunal n'a pas cédé aux pressions", a commenté peu après l'annonce du jugement Maurice Perrin, le représentant syndical CFE-CGC. Dans une récente lettre adressée à l'un des repreneurs potentiels dont l'offre a été rejetée, la direction générale de la Concurrence de la Commission européenne avait en effet souligné "que la prolongation d'observation pour une période de trois ou quatre mois soulèverait des difficultés". "Une prolongation de la durée d'observation - déjà repoussée maintiendrait en effet pour une période substantielle la distorsion de concurrence constatée" par la Commission, expliquait Bruxelles.

"Nouvel appel à candidatures, audience le 25 septembre"


Interrogé sur la saison estivale, durant laquelle la SNCM réalise une grande partie de son chiffre d'affaires annuel et qui était mise à mal par les incertitudes autour de la compagnie, Jean-François Simmarano, délégué syndical CGT des personnels sédentaires a estimé qu'il n'y avait "plus de frilosité à avoir pour les clients : il n'y aura pas de liquidation et pas de conflit lié à une reprise qui aurait été pipée".
Le 27 mai, lors d'une audience, le tribunal avait examiné les offres déposées par trois candidats : le groupe corse Rocca, l'ex-président du port de Marseille Christian Garin, et Baja Ferries, dirigé par Daniel Berrebi. Au cours de l'audience à huis clos, le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, avait requis en faveur de l'offre présentée par Daniel Berrebi. Tout en ménageant l'offre concurrente du groupe corse Rocca, il avait en revanche clairement écarté celle de Christian Garin. Le juge-commissaire avait de son côté estimé que l'offre de Rocca était la meilleure, selon des représentants du personnel présents à l'audience.

Transdev met en garde contre une potentielle liquidation

Le groupe Transdev, actionnaire majoritaire de la SNCM, a mis en garde mercredi 10 juin contre la possibilité d'une liquidation totale de la compagnie, après le rejet par le tribunal de commerce de Marseille des trois offres de reprise. Selon Transdev, "toutes les conditions étaient réunies afin que le tribunal de commerce puisse arrêter un plan de cession", mais, suite au report de la décision au 25 septembre, "il apparaît qu'une partie au moins de ces conditions pourrait ne plus être réunie à l'automne, ce qui empêcherait alors toute reprise et provoquerait une liquidation totale de la compagnie". Transdev estime que cette décision "malheureusement repousse une nouvelle fois les échéances auxquelles la SNCM devra inévitablement faire face". Le groupe précise que, "quelle que soit la solution in fine retenue et conformément à ce qu'il a déjà indiqué à de multiples reprises, il n'apportera aucune contribution supplémentaire au financement de la SNCM et n'ira pas au-delà des engagements pris à ce jour quant à l'abandon de ses créances et au financement de la restructuration sociale". Le groupe Stef, maison mère de La Méridionale, qui partage avec la SNCM le contrat de délégation de service public (DSP) entre la Corse et le continent, a récemment envoyé un courrier au président du tribunal, indiquant son intention de déposer une offre, et plaidant "pour un renvoi à fin septembre" car "aucun des projets proposés ne permet d'envisager l'avenir de manière pérenne". Transdev "s'étonne de ce que de nouvelles offres de reprise aient été formulées à quelques jours du délibéré, alors même qu'elles auraient pu l'être dans le cadre de l'appel à candidatures organisé par les administrateurs judiciaires depuis le mois de décembre", et dit espérer qu'elles "ne constituent pas des manœuvres dilatoires destinées à empêcher à tout prix la mise en œuvre d'une solution pérenne".

AFP

Mercredi 10 Juin 2015



Lu 220 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse