STX : les syndicats entre déception et satisfaction


FO "déçue", la CFE-CGC et la CFDT "rassurées", la CGT sur sa faim : les syndicats ont réagi de façon mitigée jeudi 6 avril juste après que l'État a donné son accord de principe à une reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par l'italien Fincantieri.


© Saint-Nazaire
© Saint-Nazaire
Les représentants syndicaux ont été reçus dans l'après-midi à Bercy par le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue.
Après l'entrevue, la déléguée FO s'est montrée la plus critique. "C'est une déception", a dit Nathalie Durand-Prinborgne, secrétaire de la section FO de STX France, qui s'attendait à une nationalisation. "Fincantieri est un concurrent direct, donc il y a une inquiétude sur les postes en doublon", a-t-elle ajouté, le bureau d'études, le service achats et le service commercial, soit "à peu près 500 postes". Toutefois, a-t-elle souligné, "majoritairement, les candidats à la présidentielle se sont exprimés pour l'utilisation du droit de préemption. Si le contrat entre Fincantieri et le tribunal central de Séoul est signé dans les semaines à venir, le droit de préemption peut courir jusqu'au mois de juillet, donc le nouveau gouvernement pourrait éventuellement l'utiliser".
De leur côté la CFDT et la CGT, opposées à la nationalisation évoquée par le gouvernement un moment, se sont montrées moins pessimistes. "La nationalisation n'était pas notre tasse de thé", a rappelé Christophe Morel, délégué syndical CFDT. "Aujourd'hui le danger semble écarté avec les garanties obtenues par l'État français donc pour nous c'est plutôt rassurant", a-t-il ajouté. Alain Lebrun, délégué syndical CGT à STX, a salué le travail "sérieux" de négociation avec Fincantieri, mais revendiqué "des garanties bien supplémentaires en termes d'emplois". "Quel que soit l'actionnaire principal de l'entreprise, ce n'est pas sa nationalité qui compte. La nationalisation pour nous, ce n'était pas un but", a-t-il ajouté.
François Janvier, responsable de la section CFE-CGC et élu au CE, s'est lui dit "plutôt rassuré" et "plutôt satisfait". "On avait formulé en intersyndicale un certain nombre d'exigences et, de notre point de vue, l'ensemble de ces exigences a été entendu". "Alors il va falloir qu'on soit vigilants parce que ce qu'on nous a présenté n'est qu'un projet d'accord", a-t-il dit.

"C'est un grand succès du secteur des chantiers navals italien"

Le maire PS de Saint-Nazaire a, lui, estimé "l'objectif atteint". "J'ai toujours dit lorsque STX a souhaité vendre les chantiers de Saint-Nazaire, je souhaitais que Fincantieri ne soit pas majoritaire que ce soit un actionnaire robuste au service d'un projet industriel et un actionnaire européen, nous y sommes", a déclaré David Samzun. "Ce qu'il faut retenir, c'est que l'État français pendant vingt ans à partir du moment où nous nous parlons aura le droit de veto sur toute modification de la structuration de ce pacte d'actionnariat. Aujourd'hui Fincantieri est minoritaire et l'État français est renforcé. On peut donc dire aujourd’hui que nous avons une visibilité en termes de commande, une stabilité, une robustesse en termes d'actionnariat", a-t-il ajouté.
Le président du Conseil régional des Pays de la Loire s'est dit pour sa part "surpris de la hâte de l’État à conclure un accord avec Fincantieri". "Il s’agit en effet d’un dossier hautement stratégique, et je ne pense pas que la proximité des élections présidentielles favorise une décision précipitée. En effet, l’actuel gouvernement n’aura pas à gérer les conséquences de son choix. L’arrivée aux côtés de Fincantieri d’un acteur bancaire italien, la Fundazione CR Trieste, a pour effet de donner aux Italiens la majorité du capital", regrette Bruno Retailleau.
Du côté italien, le ministre de l'Économie et des Finances s'est déclaré "très satisfait" de cette acquisition. "C'est un grand succès du secteur des chantiers navals italien" et "la démonstration que les grandes entreprises italiennes qui ont investi dans la compétitivité et la crédibilité internationales peuvent remporter des positions de leadership dans des secteurs stratégiques de l'économie globale", a-t-il souligné. "Si d'un côté les investissements étrangers en Italie peuvent contribuer à la croissance, de l'autre je juge très important qu'il y ait une plus grande présence italienne à l'extérieur", a ajouté Pier Carlo Padoan.

AFP

Mercredi 12 Avril 2017



Lu 1549 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Août 2017 - 12:09 Maersk dans le rouge au deuxième trimestre €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse