STX s'attend à connaître des jours difficiles


Le PDG de STX Offshore & Shipbuilding Lee Byung-Mo a averti que l'entreprise aura à faire face à des jours difficiles après avoir évité la banqueroute et été soumise à un plan de restructuration.


Les chantiers finlandais du groupe à Rauma © STX Europe
Les chantiers finlandais du groupe à Rauma © STX Europe
Après avoir été le plus grand constructeur naval de Corée du Sud, STX Offshore & Shipbuilding bat de l'aile et son PDG s'attend à un avenir obscurci. La société coréenne s'est battue pendant quatre ans contre un amoncellement de pertes, dû à une mauvaise gestion ainsi qu'à une forte baisse de la demande. Elle a demandé en mai dernier à être soumise à un plan de restructuration sous le contrôle de la justice après que que ses créanciers bancaires ont refusé de remettre la main à la poche, la poussant au bord de la faillite. Un tribunal de Séoul a accédé à cette demande, ce qui signifie qu'il supervisera la gestion de la société et réechelonnera sa dette pour lui éviter la faillite.

Redressement difficile

"Il est regrettable que nous ayions été soumis au contrôle de la cour, mais c'est également une chance d'avoir évité le pire", a déclaré le PDG de STX Lee Byung-Mo. "Le chemin du redressement sera dur et tous les salariés devront partager le fardeau. Mais essayons de surmonter cette crise avec réalisme", a-t-il ajouté dans un message aux salariés.
En vertu de la décision de la cour, Lee Byung-Mo devra lui soumettre un plan de restructuration d'ici septembre. La société ploie actuellement sous une dette de 300 milliards de wons (258,3 millions de dollars US). L'entreprise – qui fait partie du groupe STX – possède plusieurs actifs en Europe dont les chantiers navals français de Saint-Nazaire.
Les banques créditrices ont depuis 2013 fourni plus de 4.000 milliards de wons à STX pour lui permettre de rembourser des obligations arrivées à maturité sans que cela permette de la renflouer. STX a annoncé une perte nette de plus de 300 milliards de wons l'année dernière. Les chantiers navals en général sont confrontés à une baisse de la demande globale et à la concurrence de la Chine.

AFP

Vendredi 10 Juin 2016



Lu 268 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse