Saône-Rhin Europe : dans l’attente de jours meilleurs


L’association de promotion de la liaison grand gabarit entre Saône et Rhin doit prendre son mal en patience, en l’absence d’évolution à court terme du dossier.


L’ambiance n’était bien sûr pas à l’euphorie, lors de l’assemblée générale annuelle de Saône-Rhin Europe à Besançon (Doubs). L’association a pour raison d’être la promotion du projet de liaison à grand gabarit Saône-Rhin entre la mer du Nord et la Méditerranée. Or, les douze mois écoulés depuis la dernière AG n’ont pas infléchi la tendance d’un pouce : ce projet n’est pas à l’ordre du jour. «Nos courriers aux différents ministères sont restés sans effet. Le gouvernement reste sur sa position inscrite dans le Snit (Schéma national des infrastructures de transport)», confirme Pascal Viret, président.

"Liaison à grand gabarit entre la mer du Nord et la Méditerranée"


À savoir que Saône-Rhin comme son alternative, Saône-Moselle, sont remisées au rang des projets d’après 2050. L’association devra donc patienter jusqu’à la révision du Snit en 2018 pour espérer une évolution. Celle-ci pourrait venir d’un changement de majorité politique, mais sans garanties.

Avec la Bourgogne

À l’occasion des débats sur le Snit, elle plaidera notamment le fait que l’Union européenne, dans son programme RTE-T, fixe l’échéance plus rapprochée de 2030 pour Saône-Moselle/Saône-Rhin. Cette non-prise en compte produit quelques conséquences d’ores et déjà : le projet est absent de l’étude de corridor multimodal Amsterdam-Marseille, au motif que ce travail se concentre sur les chantiers qui sont justement à mener à l’horizon 2030, à l’exclusion des plus lointains.
Saône-Rhin Europe va scruter avec attention les prochaines élections régionales, n’ignorant pas que la droite est réputée plus favorable au projet qu’elle défend, qui traverserait la Franche-Comté. Au-delà des questions d’étiquettes politiques, elle voit d’un bon œil le mariage de la Franche-Comté avec la Bourgogne, «qui a une culture du fluvial et de la voie d’eau à grand gabarit en particulier», rappelle Pascal Viret. Par contre, la réforme territoriale risque de la «couper» de ses alliés alsaciens, désormais reversés dans l’ensemble ACAL avec la Champagne-Ardenne et avec la Lorraine, terre d’élection éventuelle de la branche Saône-Moselle.

Mathieu Noyer

Mardi 1 Décembre 2015



Lu 267 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse