SeaFrance : désignation d'un médiateur


Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a décidé mardi de désigner un médiateur pour déterminer si les conditions d'une reprise de l'activité de la compagnie de ferries maritime SeaFrance, placée en liquidation judiciaire, étaient réunies.


© ÉRIC HOURI
© ÉRIC HOURI
Concernant SeaFrance, le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris va désigner un médiateur. Celui-ci permettra de "rencontrer les différentes parties et d'évaluer une fois la discussion engagée si les conditions d'une reprise de l'activité sont possibles ou non", a indiqué le juge Maurice Richard à l'issue de l'audience, qui s'est tenue mardi en présence d'un représentant du ministère public. "Du fait qu'un dialogue se noue, les conditions vont évoluer", a-t-il estimé. Selon une source judiciaire, le nom du médiateur devrait être connu cet après-midi.

Les quatre ferries sont à quai

Malgré la liquidation judiciaire avec poursuite de l'activité jusqu'au 28 janvier décidée le 16 novembre par le tribunal de commerce de Paris, les quatre ferries de la compagnie sont à quai, sur décision des administrateurs judiciaires qui invoquent des risques pour la sécurité des passagers et du personnel.
La CFDT maritime Nord a donc assigné en référé SeaFrance, filiale de la SNCF et dernière société française à assurer la liaison maritime Calais-Douvres, ses administrateurs et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), qui gère le port. Le syndicat réclame par ce biais la reprise du travail et donc des rotations entre la France et l'Angleterre.

«L'arrêt des navires fait perdre 400.000 euros par jour»



"On est partagé", a réagi vendredi Didier Cappelle, secrétaire général de la CFDT Maritime. "Tout ça c'est pour gagner du temps et pendant ce temps-là, au prétexte d’hypothétiques problèmes de sécurité, on est en train de tuer SeaFrance". "L'arrêt des navires fait perdre à la compagnie près de 400.000 euros par jour, sans compter la clientèle perdue et les remboursements de réservations. Il y a vraiment urgence à faire repartir les bateaux", a estimé l'avocate de la CFDT, Nathalie Campagnollo.
La CFDT, syndicat majoritaire chez SeaFrance, soutient la création d'une Scop (Société coopérative et participative), projet jugé insuffisant par le tribunal de commerce de Paris tout comme celui émanant de Louis Dreyfus Armateurs (LDA), associé au groupe de ferries danois DFDS et qui prévoyait la sauvegarde de 460 emplois équivalents temps plein sur 880.
"L'arrêt des navires oblige à revoir quotidiennement le plan de financement du projet de reprise initié par les salariés. La direction cherche manifestement à saboter cette tentative de reprise, dont elle n'a jamais voulu", a ajouté Me Campagnollo. Le gouvernement, la CFDT et les parties prenantes doivent se réunir à nouveau cette semaine.

.

Mercredi 23 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse