SeaFrance : les ex-salariés contestent leur licenciement



© SeaFrance
© SeaFrance
Des dizaines d'anciens salariés de l'ex-compagnie de ferries SeaFrance ont contesté jeudi 24 et vendredi 25 octobre leur licenciement lors de plans sociaux devant le tribunal d'instance de Calais. "Nous avions environ 200 dossiers à plaider", a expliqué Philippe Brun, avocat des ex-salariés. Jeudi ont été plaidés quelque 120 dossiers concernant des salariés licenciés lors des deux premiers plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) de 2009 et 2010, au cours desquels 726 salariés avaient été congédiés. Ces salariés ont réclamé à SeaFrance des dommages et intérêts au cas par cas, accusant l'ancienne compagnie de ferries de licenciement abusif et de non-reclassement. Le 14 septembre 2012, au terme d'une procédure similaire, le tribunal d'instance de Calais avait condamné SeaFrance pour le licenciement abusif et le non-reclassement de quelque 272 salariés, licenciés lors de ces mêmes plans sociaux de 2009 et 2010. La décision concernant les dossiers plaidés jeudi a été mise en délibéré au 6 février 2014.
Une centaine de dossiers devaient ensuite être plaidés vendredi, "les premiers dossiers du PSE 3, issu de la liquidation judiciaire finale de janvier 2012" au cours de laquelle les 900 derniers salariés avaient été licenciés, selon Philippe Brun. Mais l'avocat a obtenu leur renvoi aux 24, 25 et 26 juin 2014 pour qu'ils soient plaidés en même temps que 200 autres dossiers du PSE 3 déjà à l'agenda du tribunal à ces dates. L'avocat contestera là encore les licenciements, "mais en mettant en cause la SNCF (ex-maison mère de SeaFrance) en plus de SeaFrance, au titre du co-emploi", a-t-il annoncé. "On sera sur la violation des obligations de reclassement d'abord individuelles - comme pour les premiers dossiers, on a confondu "offre de reclassement" dans le groupe et "offre de recrutement" -, l'insuffisance du PSE au regard des moyens de la SNCF, et le manquement à l'obligation conventionnelle de reclassement" externe dans le secteur d'activité, a affirmé Philippe Brun. "Je voulais qu'on mette en exergue les responsabilités de la SNCF", a encore déclaré l'avocat.

AFP

Lundi 28 Octobre 2013



Lu 54 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse