SeaFrance : les navires restent à quai


Les navires de SeaFrance resteront à quai "jusqu'à nouvel ordre" en raison de "doutes sur la sécurité", a annoncé mercredi la direction de la compagnie placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Paris.


© ÉRIC HOURI
© ÉRIC HOURI
"Tant que des doutes subsisteront sur la sécurité des expéditions maritimes, et jusqu'à nouvel ordre, les navires resteront à quai", ont indiqué les administrateurs judiciaires de SeaFrance. La prolongation d'activité jusqu'au 28 janvier décidée par la justice "restera conditionnée à la trésorerie disponible de la Compagnie", ont-ils par ailleurs ajouté. SeaFrance avait décidé de laisser à quai ses bateaux mardi, disant craindre pour la sécurité des passagers et du personnel, alors que certains syndicalistes avaient menacé de faire couler des navires. Les accès au port restaient complètement fermés au public par les policiers mercredi. Les responsables syndicaux ont rencontré les marins restés à bord des bateaux bloqués à quai pour les informer des derniers développements.

«Une décision illégale»

L'avocat du CE de SeaFrance, Me Philippe Brun, a dénoncé une décision "illégale et contraire au jugement du tribunal de commerce." "L'entreprise ne peut plus fonctionner. C'est condamner l'entreprise de faire ça. On a un groupe public (la SNCF) qui impose ses gendarmes alors qu'il n'y a aucune menace", a-t-il expliqué. L'avocat voit dans la condition de "trésorerie" fixée par la direction au maintien de l'activité un signe de plus d'une volonté de "couler" l'entreprise. "Pour fonctionner encore deux mois, il faut de la trésorerie. Si les navires restent à quai, il n'y a pas de trésorerie", selon lui. D'après Me Brun, la décision de maintenir les ferries à quai "vient dire le contraire" de la proposition du ministre des Transports, Thierry Mariani, qui a affirmé vouloir rencontrer les responsables de la Scop sous dix jours.
Mercredi le tribunal de commerce de Paris a placé SeaFrance en liquidation judiciaire mais a permis le maintien de son activité jusqu'au 28 janvier, pour lui laisser le temps de trouver un éventuel repreneur. Aucune des deux offres de reprise présentées n'a convaincu les juges.

.

Jeudi 17 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse