SeaFrance : lettre ouverte des porteurs de la Scop


Les porteurs du projet de société coopérative SeaFrance, destiné à reprendre la compagnie de ferries en Manche menacée de liquidation, ont indiqué hier avoir adressé une lettre ouverte à Thierry Mariani et aux parlementaires pour plaider leur projet, soutenu par une majorité de salariés mais non financé.


© SEAFRANCE
© SEAFRANCE
Une seule offre de reprise, celle d'une Scop portée par la CFDT (syndicat majoritaire), a été déposée le 12 décembre au tribunal de commerce de Paris pour SeaFrance, filiale de la SNCF lourdement déficitaire qui emploie 880 personnes en CDI. Cette Scop "réunit aujourd'hui 827 sociétaires dont 575 salariés, soit une base légitime incontestable", écrivent les porteurs du projet dans ce courrier au ministre des Transports daté du 15 décembre, rappelant que des collectivités locales, notamment la Région Nord-Pas-de-Calais, avaient promis un soutien financier. "Il ne manque à la Scop qu'une avance de 50 millions d'euros pour permettre une reprise de l’exploitation et l'assurer le temps que la SEM (Société d'économie mixte) qui rachètera un navire, se constitue et soit en mesure de rembourser cette avance", poursuit le texte.
Dans ce courrier, les porteurs de la Scop regrettent que "le FSI (Fonds stratégique d'investissement), la SNCF et l’État se réfugient derrière des prétextes pour condamner les 2.000 emplois directs et indirects que génère l'activité de SeaFrance". Le FSI a refusé de recevoir la CFDT, invoquant un veto de la Commission européenne qui avait rejeté début octobre un plan de recapitalisation de SeaFrance par la SNCF, et donc l’État, au motif qu'il était contraire aux règles de la concurrence. Les salariés se font l'écho des rumeurs d'une "volonté délibérée de casser SeaFrance pour l'offrir en compensation à DFDS", groupe de ferries danois. Louis Dreyfus Armateurs (LDA), associé à DFDS, avait renoncé à renouveler son offre, rejetée une première fois par le tribunal de commerce le 16 novembre, qui prévoyait de conserver 460 emplois équivalent temps plein, et trois des quatre navires, pour un prix d'achat de 5 millions d'euros.

.

Lundi 19 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse