SeaFrance : quelle viabilité économique pour la Scop ?


De nombreuses questions demeurent sur la viabilité et la mise en service du projet de coopérative ouvrière (Scop) des anciens marins de SeaFrance, après l'attribution lundi 11 juin pour 65 millions d'euros de l'ensemble des actifs de la compagnie maritime liquidée en janvier à la société Eurotunnel.


© Éric Houri
© Éric Houri
Quand les navires vont-ils naviguer à nouveau sur le détroit du Pas-de-Calais ?
Le "Berlioz" et le "Rodin", deux des trois navires acquis par Eurotunnel et qui seront loués à la Scop, doivent subir une révision annuelle complète qui peut prendre un mois à un mois et demi, selon le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon. Les porteurs de la Scop avaient évoqué une remise en service "en juillet", mais compte tenu des différents reports de la décision concernant l'attribution des actifs, Eurotunnel table désormais sur un retour sur le détroit du Pas-de-Calais "début août", tout en disant "tout faire pour les mettre en service dès la fin juillet". Le troisième navire, le "Nord-Pas-de-Calais", sera en arrêt technique complet durant l'été pour une mise en service à la rentrée. Le "Berlioz" et le "Rodin" effectueront quatre rotations complètes par jour, le "Nord-Pas-de-Calais" trois, a indiqué le président du directoire de la Scop, Jean-Michel Giguet.

Comment se déroulera le recrutement ?
La nouvelle compagnie embauchera les personnels ex-SeaFrance en priorité, mais elle pourra également avoir recours à un recrutement extérieur. "Progressif", le recrutement verra d'abord l'embauche de 250 à 260 marins cet été, avec l'objectif à l'horizon 2013 d'employer "environ 520 salariés en France, ainsi que 70 à 75 en Angleterre", à la fois navigants et personnels sédentaires, selon M. Giguet.

Les actions pénales en cours peuvent-elles nuire à la Scop ?
Le mandataire judiciaire Stéphane Gorrias s'est inquiété lundi de la structure "incertaine" de la Scop, "compte tenu des actions pénales en cours" contre plusieurs anciens salariés de SeaFrance. Treize d'entre eux ont été mis en examen dans une affaire de fraudes présumées sur des ventes d'alcool et de nourriture à bord des ferries. Pour le PDG d'Eurotunnel, "c'est un problème individuel qui concerne les treize mis en examen" et non "les 500 personnes qui veulent travailler".

La liaison Calais-Douvres est-elle saturée ?
Depuis la liquidation judiciaire de SeaFrance le 9 janvier, le consortium LD-DFDS, également candidat à la reprise des navires de l'ex-compagnie maritime, a mis en service deux navires sur la liaison Calais-Douvres, alors que la compagnie britannique P&O renforçait sa flotte. "Il y a une vive concurrence" sur le détroit, ce qui est "stimulant", a déclaré Jacques Gounon, estimant qu'"il y a de la place pour trois opérateurs". Eurotunnel vise 9 % de parts de marché pour être viable - alors que SeaFrance réalisait 18 % avec le double de navires - et se donne "dix-huit à vingt-quatre mois pour y arriver" car "on ne peut pas retrouver dès le lendemain matin de la remise en service des navires des clients partis il y a six mois", a précisé M. Gounon.

Eurotunnel est-il menacé par des plaintes pour abus de position dominante ?
P&O avait évoqué vouloir porter plainte auprès de la Commission européenne pour abus de position dominante en cas d'acquisition des navires par Eurotunnel. "Ce qui nous intéresse, c'est comment Eurotunnel, avec l'équipe de l'ex-SeaFrance, compte réussir là où SeaFrance a échoué", a indiqué Brian Rees, directeur de la communication de la compagnie britannique. "Nous devons attendre et voir comment la nouvelle compagnie est mise en place et financée, et savoir si ce qui est proposé représente une concurrence loyale. Si nous pensons que c'est déloyal, nous ferons part de nos inquiétudes", a-t-il ajouté.

Anne-Sophie Lasserre

Mercredi 13 Juin 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse