Seadrill entrevoit un rebond après 2015


Le groupe de forages pétroliers en mer Seadrill a présenté mardi 25 février des résultats marqués par le ralentissement des investissements des compagnies pétrolières, mais a dit entrevoir un rebond après 2015.


Seadrill est coté à la Bourse d'Oslo © Seadrill
Seadrill est coté à la Bourse d'Oslo © Seadrill
Dans les forages pétroliers, Seadrill entrevoit un rebond après 2015. "Les perspectives de court terme pour les unités flottantes sont influencées par la faiblesse de l'activité provoquée par la réduction par les "majors" de leurs dépenses d'investissements", note Seadrill dans son rapport. "À cet égard, 2014 et 2015 pourraient afficher une moindre augmentation du niveau d'activité par rapport à ce qui était prévu auparavant", ajoute-t-il.

Immatriculé aux Bermudes

Soucieuses de renforcer leurs liquidités face à une envolée des coûts de production, les compagnies pétrolières tendent actuellement à réfréner leurs investissements, ce qui pèse sur les résultats des groupes de services pétroliers. "Nous avons vu de nombreux exemples où des "majors" réduisent leurs dépenses, surtout dans l'exploration et dans des zones de production où les coûts sont élevés, comme la production à terre en Amérique du Nord", explique le groupe contrôlé par le milliardaire chypriote d'origine norvégienne John Fredriksen. "Sur fond de refonte des budgets, les dépenses dans leur ensemble ont tendance à ralentir. Par ricochet, la demande d'unités de forage en mer est repoussée vers 2015-2016", ajoute-t-il.
Immatriculé aux Bermudes mais coté à la Bourse d'Oslo, Seadrill a certes gagné plus d'argent l'an dernier, avec un bénéfice net de 2,65 milliards de dollars (1,93 milliard d'euros), multiplié par plus de deux par rapport à celui de 2012 (1,12 milliard de dollars), mais cet exercice avait été par des éléments exceptionnels. Le chiffre d'affaires a augmenté de 18 %, à 5,28 milliards. Invoquant des "défis opérationnels" et l'absence d'entrée de nouvelles plateformes dans la flotte, Seadrill dit s'attendre pour le premier trimestre à un excédent brut d'exploitation (Ebitda) "équivalent ou légèrement inférieur" à celui du quatrième trimestre, lequel est ressorti à 768 millions de dollars.

AFP

Mardi 25 Février 2014



Lu 77 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse