Seine-Nord Europe : l'Île-de-France fait la sourde oreille !


Étape par étape, le chantier du canal Seine-Nord Europe se rapproche. Reste à boucler son protocole de financement entre l’État et les régions concernées. Parmi elles, la position de l’Île-de-France se fait attendre, tandis que sur l’axe Seine, les aménagements réalisés avant l’ouverture de l’ouvrage seront déterminants.


L’assemblée générale de l’association Seine-Nord Europe, le 24 mai à Paris, a permis de dresser un constat globalement favorable sur l’avancement du projet polémique de canal SNE. En ligne avec son engagement de financement à hauteur de 40 %, l’Europe a débloqué une subvention de 980 millions d’euros pour la première tranche de travaux estimée à 2.326 millions d’euros entre 2016 et 2020.

Philippe Marini, maire de Compiègne et président de l’association Seine-Nord Europe
Philippe Marini, maire de Compiègne et président de l’association Seine-Nord Europe
"Une subvention équivalente devrait être accordée pour la deuxième phase prévue entre 2020 et 2023", anticipe Philippe Marini, maire de Compiègne et président de l’association. Quant à la déclaration d’utilité publique modificative sur le tracé du canal, "elle sera lancée début 2017", assure Alain Vidalies. Sous la forme d’un établissement public à caractère industriel et commercial, la création de la société de projet du canal SNE a de son côté été confirmée par une ordonnance au "Journal officiel" du 22 avril. En charge de la réalisation de l’infrastructure, sa gouvernance sera "partagée" avec, à son tour de table, "l’État et les collectivités territoriales concernées, en cohérence avec leur engagement financier", précise le secrétaire d’État aux Transports. L’occasion de faire un état des lieux des régions appelées à financer l’ouvrage, et de constater que "seule l’Île-de-France n’est pas au rendez-vous pour l’heure" pour boucler un plan estimé "à plus de 5 milliards d’euros". Pour Rémi Pauvros, député du Nord, l’un des principaux enjeux de ces prochaines semaines sera "de démontrer aux collectivités et élus franciliens les bénéfices socio-économiques et écologiques de SNE pour obtenir leur adhésion au projet".
 
Donner des garanties à l’axe Seine


Dans l’attente de leurs conclusions d’ici mi-juillet, les interventions des parlementaires concernés par SNE dans le cadre de leur mission sur le devenir des ports de Dunkerque, du Havre et de Rouen ont été un autre temps fort de ce 24 mai. D’un côté, Jérôme Bignon, chargé de la mission sur le port de Dunkerque, ne laisse planer aucun doute sur la position qu’il prendra en faveur du projet. Le sénateur de la Somme s’apprête d’ailleurs à rencontrer les élus et collectivités d’Île-de-France. Députée de Seine-Maritime chargée de la mission consacrée aux ports maritimes haut-normands, Valérie Fourneyron souligne l’importance "de garantir les conditions de compétitivité et de report modal sur l’axe Seine avant l’ouverture du canal". Consciente des inquiétudes manifestées par de nombreux acteurs économiques locaux, elle insiste en particulier sur la réalisation de ligne ferroviaire fret Serqueux-Gisors, et s’étonne "de la position prudente adoptée par la région Île-de-France sur ce projet de contournement".

"Garantir les conditions de compétitivité et de report modal sur l’axe Seine avant l’ouverture du canal"


Valérie Fourneyron appelle en outre Voies navigables de France à déposer "le plus rapidement possible les dossiers d’enquête publique consacrés à l’aménagement au grand gabarit de l’Oise dans le cadre du projet Magéo, et de la liaison Bray-sur-Seine/Nogent-sur-Seine". Pour cette dernière, l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) a d’ailleurs confirmé le 29 avril son financement aux études préparatoires à l’enquête publique.

Début du chantier en 2017

En réponse aux vœux d’Alain Vidalies et de Rémi Pauvros "d’assurer la cohésion et l’appropriation du projet par toutes les collectivités et le public", Philippe Marini envisage la création "d’un Club des villes et intercommunautés" autour de SNE. Son but : "Faire émerger et partager les orientations des premiers contrats territoriaux de développement ainsi que remonter les expérimentations innovantes des collectivités locales". Une deuxième initiative présentée par le président de l’association SNE concerne "la création d’un intergroupe parlementaire" consacré au projet. Composée de parlementaires français et européens, cette "task-force" aurait notamment pour rôle de s’assurer du bon avancement du chantier dont le début est annoncé l’an prochain pour une mise en service en 2023.

Érick Demangeon

Vendredi 27 Mai 2016



Lu 740 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse