Seine-Nord Europe : la balle est dans le camp de l'État


Si elle veut bénéficier du cofinancement européen à hauteur de 40 %, la France doit remettre à Bruxelles sa nouvelle mouture du projet Seine-Nord Europe avant la fin de l'été. Alors que les collectivités territoriales semblent prêtes à apporter un milliard, les regards sont désormais tournés vers l'État pour boucler à temps le tour de table financier... avec ou sans Écotaxe. Le compte à rebours est lancé.


Philippe Marini, président de l'Association Seine-Nord Europe © Association Seine Nord Europe
Philippe Marini, président de l'Association Seine-Nord Europe © Association Seine Nord Europe
Un temps craint, le rapport Pauvros fait aujourd'hui autorité. Des professionnels de la voie d'eau aux collectivités territoriales en passant par l'État, ses conclusions et son mode d'emploi pour la réalisation du canal ont été salués de façon unanime le 18 février lors de la conférence organisée à Paris par l'Association Seine-Nord Europe. En présence de Frédéric Cuvillier et de son auteur, le député Rémi Pauvros, son président Philippe Marini reste néanmoins vigilant "sur le respect des délais", et demande à l'État de clarifier deux points : "La modification de la Déclaration d'utilité publique (DUP) et la mise en place d'une mission administrative".

L'Europe s'engage

S'agissant des délais, Philippe Marini rappelle que, "pour bénéficier de subventions européennes pouvant couvrir jusqu'à 40 % du coût du projet, les travaux devront être réalisés sur la période 2014-2020". Un engagement de l'Europe et un calendrier confirmés par Hérald Ruijters, chef d'unité Réseau Transeuropéen à la direction générale Mobilité et Transports de la Commission européenne : "L'Europe s'est engagée à financer jusqu'à 50 % des études sur la liaison Seine-Escaut et est signataire de la déclaration de Tallinn qui prévoit un cofinancement de l'Europe à hauteur de 40 % pour la construction de Seine-Nord Europe". Le canal s'intègre en outre "au réseau central européen à réaliser avant 2030, et constitue un maillon essentiel du corridor RTE-T Mer du Nord-Méditerranée". Hérald Ruijters souligne enfin que, le 7 janvier dernier, la Commission a retenu cinq projets prioritaires pour lesquels 5 milliards d'euros ont été "sanctuarisés" dans le cadre du Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE). Parmi ces cinq projets figurent Seine-Nord Europe et Lyon-Turin.

"Fenêtre de tir"

Pour Seine-Nord, Hérald Ruijters et Remi Pauvros notent que le financement européen prévu ne pourra pas être réaffecté à un autre projet français. Autrement dit, si la France ne respecte le calendrier, soit la remise de son dossier entre juillet et septembre prochain, les sommes fléchées "Seine-Nord" seront allouées à un autre projet fluvial sur le Danube (sic).
Pour la bonne conduite du dossier, deux mesures du rapport Pauvros sont encouragées par la Commission précise le député : "La nomination d'un coordinateur national garant de l'avancement, de la cohérence politique et technique du projet notamment avec les collectivités locales françaises qui se sont engagées à le cofinancer à hauteur d'un milliard d'euros, et la création d'une société de projet" où ces mêmes collectivités seraient appelées à siéger.

"La modification de la DUP ne pourrait remettre en cause le projet"


Outre son rôle de maîtrise d'ouvrage avec Voies navigables de France, "cette société est nécessaire pour recourir à l'endettement, ce que VNF ne peut pas faire", indique Philippe Marini. Le nouveau plan de financement de Seine-Nord prévoit en effet un prêt de 700 millions d'euros que la Banque européenne d'investissement (BEI) et d'autres établissements financiers seraient déjà prêts à accorder selon Rémi Pauvros.

Quid de la DUP

Si l'hésitation de Pierre Serne du Conseil régional d'Île-de-France sur la participation financière de la région à hauteur de 110 millions d'euros a "glacé" l'assistance, les réponses du ministre délégué aux Transports sur la modification de la DUP et le rôle de la mission administrative l'ont en revanche "réchauffé". Selon Frédéric Cuvillier, les optimisations du tracé ont des conséquences juridiques que la mission administrative aura pour mission d'étudier. Ce périmètre intègre la modification de la DUP d'ici mi-2015 sur le nouveau tracé empruntant l'actuel canal du Nord. Pour Rémi Pauvros, cette modification "pourrait faire l'objet d'une enquête publique en temps masqué mais ne pourrait en aucun cas être évoquée pour remettre en cause le canal"... ni son ouverture annoncée en 2022.

Érick Demangeon

Mercredi 19 Février 2014



Lu 352 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 13:21 Canal Seine-Nord : ça se précise ! €

Mardi 29 Novembre 2016 - 13:39 Nouvelle agence CFNR sur le bassin de la Seine


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse