Seine-Nord Europe : propositions de mise en œuvre si financement de l'Europe


Le second rapport Pauvros sur le canal Seine-Nord propose un financement de la société de projet par la taxation des modes concurrents. Il prône la collaboration des acteurs publics et privés dans sa gouvernance.


Rémi Pauvros, député du Nord
Rémi Pauvros, député du Nord
Rémi Pauvros a remis le 5 mai son second rapport consacré au canal Seine-nord au secrétaire d'Etat, Alain Vidalies. Fin septembre à Arras, Manuel Valls avait confirmé la réalisation du canal Seine-Nord Europe avec un début des travaux en 2017 et une ouverture en 2023. À partir de ce calendrier, le Premier ministre avait confié une nouvelle mission à Rémi Pauvros : préfigurer de façon concertée avec les collectivités territoriales et acteurs privés concernés la gouvernance et les conditions de mise en œuvre du canal ainsi que de ses plateformes multimodales.
La première condition est le financement du canal seul estimé, en 2013, à 4,5 milliards d'euros hors taxes, et à 5,3 milliards, inflation et provisions incluses jusqu'en 2023. Ici, la participation de l'Europe à hauteur de 40 % "est essentielle", rappelle Alain Vidalies qui a transmis le 26 février la demande française à la Commission. "Sa décision sera connue d'ici fin juillet", déclare confiant le secrétaire d'État aux transports. "Si la réponse est positive, la construction de Seine-Nord entrera dans une phase irréversible". Pour les 60 % restants, Nicole Klein, préfète de la région Picardie et coordinatrice du dossier au titre de l'État, pilote un Comité de partenaires publics. Ses membres financeraient 44 % : 22 % l'État et 22 % les collectivités composées de régions et de départements. Le solde, soit 18 % dont l'estimation basse représente 700 millions d'euros, serait emprunté par une société de projet. Inspiré du Grand Paris et baptisée Seine-Nord Europe-Réseau Seine-Escaut, son principe a été acté par un amendement à la loi Activité, croissance, et égalité des chances économiques (dite loi "Macron"). Sa création interviendrait début 2016.

Société de projet : la pierre angulaire

Les propositions remises le 5 mai par Rémi Pauvros s'inscrivent dans ce schéma. La plupart clarifient la gouvernance et les missions de la future société de projet. En plus de construire le canal, son périmètre s'étendrait à la promotion des activités économiques associées : accompagner l'aménagement des plateformes multimodales porté par les initiatives locales, veiller à l'égalité de leurs accès, gérer les concessions portuaires, etc. Pour sa gouvernance, le député opte pour une représentation équilibrée entre financeurs du canal au sein d'un conseil de surveillance. Lequel serait épaulé par un comité stratégique composé d'acteurs publics et privés, tandis que des conventions locales avec les chambres d'agriculture, Pôle emploi, CCI... compléteraient les participations territoriales au projet.

Ressources financières propres

Pour emprunter, la société de projet a besoin de ressources financières pour rembourser. Ici, le rapport propose "de transposer et de mettre en œuvre la redevance pour coût externe de la directive Eurovignette III sur les autoroutes concédées du territoire" régional. Ce "surpéage" de l'ordre de 0,03 centimes la tonne s'appliquerait aux camions.

"Le financement de l'Europe sera connu en juillet"


Une seconde piste vise à créer une taxe environnementale régionale sur les entrepôts logistiques modulée selon l'utilisation des modes ferroviaire, fluvial et route. S'agissant enfin du péage fluvial pour emprunter Seine-Nord, Rémi Pauvros insiste "sur la nécessité de préserver la compétitivité de la voie d'eau", et appelle Voies navigables de France à la modération tarifaire.

Grand chantier "exemplaire"

Avec souvent la société de projet pour chef d'orchestre, ses autres propositions encouragent l'approche collaborative et la transparence dans la conduite du projet et de ses plateformes multimodales. La création d'un observatoire pour suivre ses objectifs, dont "le renforcement de la compétitivité des ports maritimes, le développement du report modal et d'emplois", est ainsi suggérée. L'atteinte d'une certification "Canal durable" de type HQE Infrastructures à chaque étape du projet est également préconisée, tout comme les innovations énergétiques, en particulier sur les plateformes multimodales. Pour faciliter la construction du canal, le député plaide pour une démarche "Grand chantier" et la définition d'un plan "Canal Seine-Nord". Associant les collectivités, ces deux initiatives permettraient, par exemple, de cerner les futurs besoins en emplois et en compétences à chaque étape, et de mettre en place les formations ad hoc, aux métiers de la voie d'eau comprises. Elles ont pour but aussi d'accompagner les entreprises, dont PME et PMI, lors des prochains appels d'offres, et le transport fluvial à moderniser ses offres de services ainsi que sa cale avant 2023.

Érick Demangeon

Mercredi 6 Mai 2015



Lu 384 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 13:21 Canal Seine-Nord : ça se précise ! €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse