Sernam : examen de l'offre de Geodis


Le transporteur Sernam, en redressement judiciaire, joue sa survie mardi 27 mars au tribunal de commerce de Nanterre qui examine une offre de reprise par Geodis, filiale de la SNCF, encore conditionnée à un feu vert de Bruxelles.


© Sernam
© Sernam
Le sort de Sernam se joue mardi 27 mars à Nanterre, sous la menace de Bruxelles. Geodis, unique candidat à une reprise partielle de Sernam, devait déposer vendredi 23 mars auprès de l’administrateur judiciaire une nouvelle mouture de son offre répondant aux critères de la commission européenne. Le projet de Geodis a récemment été compliqué par l'exigence de la commission européenne de voir l’État français recouvrer 642 millions d'euros d'aides illégales versées au transporteur jusqu'à sa privatisation en 2005. Une décision qui a conduit Geodis à conditionner le maintien de son offre au fait de ne pas avoir à supporter, en "débiteur de substitution", le remboursement de ces sommes qui, selon Bruxelles, ont conféré "un avantage économique indu" à Sernam.
"Il s'agit de démontrer qu'il y a discontinuité de l'entreprise", a expliqué une source proche du dossier précisant qu'il s'agissait là d'une condition pour que Bruxelles revienne sur sa décision de réclamer le remboursement des aides versées. La nouvelle offre de Geodis (en réalité du tandem BMV/Geodis-Calberson) prévoit notamment un changement de nom et une reprise partielle des salariés et des agences, a précisé la même source. La première première offre de Geodis proposait le maintien de 826 emplois contre 1.600 actuellement. Rien ne dit toutefois que Bruxelles accédera à la demande du repreneur, et des autorités françaises, d'effacer l'ardoise.

Pas de réponse définitive avant deux mois

"Une réponse définitive ne peut être attendue avant deux mois", selon une source proche du dossier qui a assuré que l’exécutif européen devrait envoyer d'ici l'audience au tribunal de commerce, "un signal positif". "Cela pourrait prendre la forme d'un avis oral d'un commissaire ou mieux encore d'une lettre de confort, deux possibilités qui offrent une garantie au repreneur mais qui ne se substituent pas à une décision collégiale de la commission", a-t-il expliqué. Un scénario imparfait mais qui reste à ce jour le meilleur pour éviter à Sernam une liquidation, selon plusieurs professionnels du secteur.

Franck Iovene

Lundi 26 Mars 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse