Soufflet utilisera majoritairement la voie fluviale à Rouen


La filiale rouennaise du groupe Soufflet va améliorer sa capacité de déchargement sur le port normand et dans le même temps augmenter significativement la part de ses acheminements fluviaux.


Le silo du groupe Soufflet à Rouen sera majoritairement approvisionné par la voie d'eau © Soufflet
Le silo du groupe Soufflet à Rouen sera majoritairement approvisionné par la voie d'eau © Soufflet
Socomac a annoncé la réalisation d'une nouvelle installation de déchargement sur les quais du GPMR. La filiale du groupe Soufflet sur le port de Rouen charge des navires de haute mer de céréales françaises à destination de plus de 60 pays. Le fret qui parvient jusqu'à son site de Rouen est acheminé par route, rail et fleuve en provenance de 15 départements français.
Cet investissement de plus d'un million d'euros accroît de 25 % des capacités du silo et autorise l'accueil de convois fluviaux supplémentaires. "Il permet à la structure de réception et d'export de grains d'atteindre 60 % de ses acheminements par voie fluviale" en direction du port de Rouen, explique l'industriel de l'agroalimentaire.
À quelques jours de la Cop21, le premier collecteur privé de céréales en France affiche sa démarche RSE. Il souligne que la part de la voie d'eau dans ses pré-acheminements vers les quais normands était déjà passée de 36 % en 2011 à 50 % en 2014. Selon Soufflet, ce report modal permet "d'économiser 773.720 kg d'équivalent CO2 par an selon la méthode utilisée par VNF".

Hausse du ferroviaire à La Rochelle

L'industriel a déjà investi 25 millions d'euros dans l'extension de ses capacités sur le port de La Rochelle, où son nouveau silo bord à quai sera opérationnel en 2017.
Soufflet devra alors revoir sa chaîne logistique et anticipe un doublement de ses volumes de fret ferroviaire, qui passera de 12 à 27 % de ses pré-acheminements assurés par le rail. "Certaines installations portuaires du groupe à La Pallice, seul port en eaux profondes de la façade Atlantique, se situent à un kilomètre de la mer, justifie Soufflet. Il fallait jusqu'ici mobiliser plus de 50.000 camions de brouettage par an pour acheminer 1,5 million de tonnes de céréales vers les bateaux". Le groupe insiste là encore sur la réduction de son bilan carbone qu'engendrera la disparition de ce brouettage.

Franck André

Mardi 24 Novembre 2015



Lu 577 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse