Stef : La Méridionale prête pour la DSP dite de "raccordement"


Comparée à l’an passé boostée par la plus-value de cession du "Scandola", la rentabilité de La Méridionale s’érode à la veille de la nouvelle délégation de service public. Avec la logistique France, le maritime explique le tassement des résultats opérationnels du groupe Stef malgré les performances du transport national et des activités internationales.


Jean-Pierre Sancier, directeur général du groupe Stef, et Stanislas Lemor, directeur général adjoint en charge des finances © Érick Demangeon
Jean-Pierre Sancier, directeur général du groupe Stef, et Stanislas Lemor, directeur général adjoint en charge des finances © Érick Demangeon
La signature imminente des nouveaux contrats est l’ultime étape avant le lancement de la nouvelle délégation de service public pour la desserte de la Corse depuis Marseille. "Tout est en place", a confirmé Stanislas Lemor, directeur général délégué du groupe Stef, lors de la présentation de ses chiffres semestriels jeudi 7 septembre à Paris. Dite de "raccordement", cette DSP de dix-huit mois couvre la période du 1er octobre 2017 au 31 mai 2019 et, sur le fond, prolonge les modalités de la desserte actuelle partagée avec Corsica Linea. Compensant l’érosion du passage, le fret de La Méridionale décolle de 13,4 % au cours des six premiers mois de l’année. "Le retour du fret de Toulon à Marseille suite à la création de Corsica Linea, dont les actionnaires sont les principaux chargeurs avec la Corse, profite aussi à la CMN". Si le chiffre d’affaires semestriel de la compagnie s’apprécie de plus de 4 % à 50 millions d’euros (M EUR), son résultat opérationnel plonge en revanche, passant de 9,4 à - 1,3 M EUR. "Les effets de base pèsent. Le premier semestre 2016 comptait la plus-value de cession du "Scandola" à quoi s’ajoutent des charges supplémentaires liées à l’affrètement du "Monte d’Oro" et aux coûts d’arrêt technique du "Kallisté" importants", explique Stanislas Lemor.

La logistique déçoit

La plus-value de 9,1 M EUR engrangée l’an passé sur la vente du "Scandola" fausse aussi la lecture des comptes de Stef à fin juin avec un résultat opérationnel en repli de 8,8 % (44,9 M EUR). En l’absence de cet élément exceptionnel et grâce à une optimisation de ses soldes financiers, le groupe maintient son bénéfice net à 30,7 M EUR (- 0,3 %) avec un chiffre d’affaires de 1,433 milliard d'euros (+ 5,4 %).

"L’activité fret de la CMN progresse de 13,4 %"


Portés par la relance de la consommation en péninsule Ibérique et en France, le groupage transport France et les activités internationales, marquées par la reprise de Badosa en Espagne, se développent en recettes et en rentabilité. Avec le maritime, la logistique France déçoit en revanche. À 1,9 M EUR, son résultat opérationnel est divisé par plus de trois. "Baisse du taux de remplissage dans les surgelés, faible croissance et retard dans la réorganisation de la RHD, ouverture de nouveaux sites et hausse du coût de l’énergie", sont avancées pour justifier ce revers.

Tensions sur les parcs et les conducteurs

Risquant de perturber les schémas logistiques en place, la reprise économique qui se confirme en France et ailleurs en Europe a aussi pour conséquence de tendre l’offre et les coûts de transport ainsi que le besoin en chauffeurs. Chez Stef, cette évolution rejaillit notamment sur ses consommations en provenance des tiers composées, pour l’essentiel, de charges de sous-traitance transport. Appelée à revaloriser les tarifs à terme, cette tension conduit aujourd’hui le groupe à réviser sa stratégie "parc propre" avec le renforcement annoncé de sa flotte gros porteurs, de possibles croissances externes et des actions de formation internes pour pallier la pénurie de conducteurs. Cette inflexion se produira principalement en France, seul pays où Stef assure en direct la majorité de ses transports (70 %) au moyen d’une flotte propre de 2.000 cartes grises.

Érick Demangeon

Vendredi 8 Septembre 2017



Lu 899 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse