StimMed : les autoroutes de la mer doivent compléter les RTE-T d'ici 2030


"La Politique européenne en matière de transport maritime" faisait partie des thèmes abordés dans le cadre du programme de conférences de la 3e édition du salon StimMed. José Laranjeira Anselmo, de la DG Move à la Commission européenne, s'est largement étendu sur le budget alloué par Bruxelles aux réseaux de transport transeuropéens tandis que François Soulet de Brugière, président du Conseil de surveillance du Grand Port maritime de Dunkerque, a pris position. Enfin, Carles Rúa, du port de Barcelone, et François Touquet, directeur adjoint de la plateforme multimodale MP2, se sont attardés sur la connexion ferroviaire Lyon-Madrid (Clyma).


José Laranjeira Anselmo, François Soulet de Brugière, Carles Rúa et François Trouquet  © Paul Williams
José Laranjeira Anselmo, François Soulet de Brugière, Carles Rúa et François Trouquet © Paul Williams
S'exprimant à Marseille la semaine lors du salon StimMed, l'administrateur principal des réseaux de transport transeuropéens (RTE-T) à la Commission européenne, José Laranjeira Anselmo, a adapté son propos à un auditoire français. Il a regretté que, sur les 26 milliards d'euros mis à disposition par Bruxelles pour développer le rail, le transport maritime et les plateformes multimodales, la France se borne à utiliser cette enveloppe en faveur du rail mais pas ne l'utilise pas pour développer les autoroutes de la mer.
Il déplore que ce à quoi ressemblera le réseau en 2030 ne ressemble aujourd'hui qu'à un "assemblage de tronçons". À ses yeux, les autoroutes de la mer devraient pouvoir rendre "ce réseau complet et cohérent". L'administrateur principal des RTE-T est en effet convaincu que "la mer doit être à l'origine de tout corridor et doit tous les boucler".
Il a évoqué l'autoroute de la mer Nantes-Gijón, qui a été suspendue après quatre ans d'existence, et abordé un projet méditerranéen d'ouverture de ligne soutenu par Bruxelles qui pourrait relier la Jordanie, Israël, la Palestine, Koper, Venise et Marseille.

"Cabotage de haute fréquence à Calais"


José Laranjeira Anselma met en garde : "La mer est une infrastructure qui nous a été offerte. Il faut la protéger". Un principe derrière lequel il s'abrite pour soutenir l'annexe VI de la convention Marpol entrée en vigueur en zone Seca au 1er janvier 2015.
François Soulet de Brugière, au titre de l'Union des ports de France, a souligné le rôle que joue Calais, le quatrième port de l'Hexagone, avec ses 30 liaisons par jour sur la Grande-Bretagne. Selon lui, "il s'agit de cabotage à haute fréquence". Il se dit convaincu que "le port Marseille doit ouvrir une autoroute de la mer sur le Maghreb". Il met toutefois en alerte : "Le chargeur est un animal peureux".
Quant à Carles Rúa, le directeur des projets stratégiques et de l'innovation du port de Barcelone, il est persuadé que 75 % du trafic global espagnol transite encore par les ports du Nord de l'Europe. Selon lui, la douane dans ces pays est plus souple que dans le Sud.
Le portuaire catalan a évoqué la structure Intermed (regroupant Marseille, Gênes et Barcelone), qui a postulé à des financements européens pour quatre dossiers.
Enfin, François Trouquet, du syndicat mixte Pyrénées Méditerranée (gestionnaire de la plateforme multimodale MP2), a souligné : "La France et l'Espagne sont très en retard en matière ferroviaire à cause d'un certain nombre de freins". Et de citer la différence d'écartement des voies entre les deux pays, les problèmes de voltage, les goulets d'étranglements, les lignes mortes et les différences de longueurs de train (500 mètres en Espagne et 800 mètres en France). Il juge indispensables "les améliorations à effectuer dans les quinze ans à venir".

Vincent Calabrèse

Mercredi 3 Juin 2015



Lu 568 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse