TLF Rhône-Alpes rassuré par les acconiers Eurofos et Seayard


TLF Rhône-Alpes Auvergne Bourgogne a récemment invité les dirigeants d’Eurofos et de Seayard à Lyon. Les professionnels du shipping souhaitaient obtenir des précisions sur l’évolution du port de Marseille-Fos. Les nouvelles sont bonnes et rassurantes.


© GPMM
© GPMM
Dominique Di Bello, président de TLF Rhône-Alpes Auvergne Bourgogne, et Emmanuel de Bienassis, secrétaire général, ont convié les dirigeants des deux sociétés de manutention des terminaux à conteneurs de Fos-sur-Mer. Nicolas Gauthier, directeur général d’Eurofos depuis septembre 2012 (ancien directeur du port de La Rochelle et auparavant membre du cabinet de Jean-Louis Borloo) et Georges Chapus, président de Seayard et leur garde rapprochée, se sont prêtés de bonne grâce au jeu des questions-réponses devant les principaux commissionnaires de transport rhônalpins, un peu privés d’information sur le port sudiste ces derniers mois. Prudents, les deux dirigeants ont préféré œuvrer sur le terrain, améliorer les dispositifs, travailler sans relâche avec leurs équipes afin de stabiliser le présent et préparer l’avenir du Grand Port maritime de Marseille-Fos avant de communiquer sur leurs atouts. Les nouvelles du port semblent aujourd’hui très positives.

Efficacité améliorée

Avec Fos 2XL, les 1.200 mètres linéaires de quai ont aujourd’hui doublé, ce qui permet de travailler plus efficacement. «Les portiqueurs sont devenus dockers. Avec la réforme appliquée depuis le 3 mai 2011, il n’y a plus d’attente en rade ni de retard. Ils opèrent 27 mouvements à l’heure et nous nous rapprochons de la moyenne européenne. Nous avons gagné 20 % par rapport à l’état antérieur», relève Dominique Di Bello.
Le temps d’attente pour entrer ou sortir un conteneur est de 27 minutes «comme à Rotterdam, référence des professionnels en Europe», précise le président régional de TLF qui se souvient des deux à six heures d’attente enregistrés voici quelques années.

"Un important changement de mentalité a eu lieu sur le port"


Hormis les performances techniques, un important et positif changement de mentalité a eu lieu sur le port avec les portiqueurs passés dans le privé en rejoignant leurs anciens collègues dockers, tous décidés aujourd’hui à contribuer à relancer la machine portuaire terriblement grippée par des grèves délétères et coûteuses qui ont beaucoup servi les concurrents du Nord notamment.
L’amélioration des quais bénéficie aussi au fluvial. C’est ainsi que la barge qui arrive de Lyon peut aujourd’hui être aussi bien traitée sur le quai de Seayard que sur celui d’Eurofos. «Résultat, on note que le fluvial a augmenté de 10 % ces derniers mois», résume Dominique Di Bello. Et si un jour le décrochage entre les deux quais est rectifié, l’ensemble des portiques des deux acconiers pourra traiter un seul et même navire en même temps.
Hormis les transferts des équipements et des matériels, Georges Chapus de Seayard a dû parachever le changement du système informatique qui avait un peu perturbé le début d’année. Depuis le mois de juin, il est parfaitement opérationnel «à plus de 100 %» lance Dominique Di Bello, enthousiaste. Celui-ci espère vivement que tous ces points positifs vont permettre, mois après mois, de reconquérir les trafics perdus et notamment ceux du Sud-Est qui ont pris les voies du Nord alors que le port naturel de Lyon est celui de Marseille-Fos. Les professionnels du shipping ont apprécié ces heures de rencontres et d’information qui seront relayées par divers moyens en 2013 et qui leur permettront à leur tour de «transmettre la bonne parole» à leurs clients chargeurs.
En reprenant le chemin de la fiabilité, le port recrée de la confiance, cet indispensable élément d’engagement et de réussite.

Annick Béroud

Jeudi 27 Décembre 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse