TLF : inquiétude à la veille de la conférence nationale sur la logistique


Premier employeur et cheville ouvrière du secteur, les prestataires mesurent chaque jour les enjeux de la logistique pour la compétitivité de la France. À la veille de la conférence nationale sur la logistique, ils attendent une reconnaissance et une feuille de route durable de leurs activités au sens économique, social et environnemental. Ces vœux rappelés, la Journée TLF a permis de présenter la plateforme de services Noscifel.


Yves Fargues, président de l'Union TLF © TLF - Jérôme Douy
Yves Fargues, président de l'Union TLF © TLF - Jérôme Douy
Sur le fond, les prestataires de transport et de logistique, réunis à Paris le 2 juillet à l'occasion de la Journée TLF, saluent la tenue de la conférence nationale sur la logistique, mercredi 8 juillet. En présence d'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, et d'Alain Vidalies, secrétaire d'État aux Transports et à la Mer, "elle croise notre stratégie qui vise à faire reconnaître l'importance de la logistique comme levier de compétitivité économique pour la France", encourage Yves Fargues, président de l'Union TLF. Associés aux ateliers préparatoires organisés sous un agenda contraint... ses membres manifestent en revanche leurs inquiétudes sur sa forme à la lecture de son programme. Aucun prestataire en transports ni en logistique ne figure en effet parmi les intervenants. À l'inverse, les chargeurs seront très largement représentés par le biais, par exemple, du groupe Michelin ou de Vente-privée.com, ainsi que de nombreux cabinets conseil et services de l'État. "Le risque de sortir étriller de la conférence ou de ne parler que de sujets à la mode tels que la logistique urbaine assortie de nouvelles contraintes imposées à la circulation des véhicules", est redouté par Yves Fargues. Un sentiment largement partagé "alors que la livraison du dernier kilomètre n'est, le plus souvent, que l'aboutissement d'une chaîne d'approvisionnement complexe et de plus en plus internationale". En bout de chaîne de valeur, la poursuite de la paupérisation du transport, tous modes confondus, est le plus grand danger relevé. Aussi l'urgence pour le président de TLF et les prestataires est-il "d'investir les lieux de décision pour faire entendre notre voix et défendre nos intérêts, au sein du Medef notamment, et avant la tenue de la COP 21 en décembre".

Lancement de Noscifel

Le deuxième temps fort de la Journée TLF était consacré au lancement de la plateforme de services Noscifel. "Conçue et pensée pour les TPE et PME du transport routier à partir d'une analyse des besoins et attentes menée auprès d'une centaine de professionnels, elle vise à faciliter les échanges d'information entre les opérateurs de la chaîne logistique, le suivi des événements, et la dématérialisation des échanges de données".

"Investir les lieux de décision pour faire entendre notre voix et défendre nos intérêts"


De la prise de rendez-vous sur les quais portuaires et les entrepôts logistiques jusqu'au calcul des émissions de CO2 et de gaz à effet de serre, Noscifel couvre l'ensemble du cycle d'une expédition. Accessible en mode web, à l'aide d'applications mobiles, ou en mode EDI, sa conception aux standards UN/Edifact permet de l'interfacer à tous les systèmes d'information communautaires.

Interface avec AP+

À commencer par les portails douaniers et les Cargo Community System (CCS) tels que AP+ dans les ports et CIN à Roissy-Charles-de-Gaulle. Partenaire du projet, MGI est ainsi chargé des connexions de la plateforme Noscifel avec les CCS, et la proposera à Marseille avec l'ensemble de ses modules à partir de septembre ou d'octobre. Pour les autres ports, son accès s'effectuera avec le concours des sociétés de gestion informatique en place telles que Soget au Havre. "Accessibles H24, 7j/7, les services proposés par Noscifel anticipent la création d'un CCS unique en France, notamment pour les ports de Marseille et du Havre, et l'aéroport de Roissy", déclare Anne Sandretto, secrétaire générale de TLF Overseas.
En ligne, l'accès à la plateforme est commercialisé sous la forme d'abonnement variable selon les modules utilisés. Piloté par ChronoServices, filiale du groupe Imprimerie nationale à la tête d'un groupement de douze partenaires, son développement a été financé par la Caisse des dépôts et consignations dans le cadre du programme d'investissement d'avenir sur les systèmes de transports intelligents. Noscifel est labellisée par les pôles de compétitivité i-Trans et Nov@log.

Érick Demangeon

Vendredi 3 Juillet 2015



Lu 988 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse