Tata Steel finalise la vente de ses activités acier long


Le géant indien de la sidérurgie Tata Steel a bouclé la vente de ses activités d'acier long au Royaume-Uni et en France mais est resté silencieux sur le reste de ses affaires britanniques pour lesquelles il cherche un repreneur.


Le complexe de Tata Steel à Scunthorpe passe sous le giron de Greybull Capital © Tata Steel
Le complexe de Tata Steel à Scunthorpe passe sous le giron de Greybull Capital © Tata Steel
Tata Steel a annoncé mercredi 1er juin avoir finalisé la vente de ses activités acier long au Royaume-Uni et en France. Le groupe a expliqué avoir terminé le processus de cession de ses activités acier long en Europe au fonds britannique Greybull Capital, dont le principe avait été annoncé mi-avril pour la somme symbolique d'une livre.

"British Steel"

Cette division compte une usine en France, à Hayange (Moselle), avec 400 employés, un complexe en Angleterre à Scunthorpe (Yorkshire) employant près de 3.400 personnes et diverses autres activités sidérurgiques dans le Nord de l'Angleterre comptant près d'un millier d'employés. Au total, 4.800 employés vont donc passer sous le giron de Greybull Capital qui va rebaptiser cette activité "British Steel", soit le nom que portait la société nationale de la sidérurgie britannique privatisée à la fin des années 1980 sous Margaret Thatcher. Le fonds avait promis en avril qu'il allait consacrer 400 millions de livres (525 millions d'euros) à un plan d'investissements et de financement de cette entreprise.
Tata Steel n'a en revanche fourni aucune précision sur sa recherche de repreneurs pour le reste de ses activités britanniques qui emploient quelque 12.000 personnes dans le pays, dont environ 4.100 sur le seul site de Port Talbot au Pays de Galles. Il a annoncé au début du printemps vouloir s'en défaire faute de pouvoir les rentabiliser face à l'afflux sur le marché européen de masses d'acier à prix cassé importé de Chine.
Le conseil d'administration du groupe indien s'est réuni mercredi 25 mai à Bombay mais, contrairement à ce qui était attendu, le groupe n'a communiqué aucune liste des repreneurs qu'il considérerait comme les plus sérieux. Début mai, il avait évoqué le chiffre de sept repreneurs potentiels. "Nous ne nous sommes fixé aucune date limite pour conclure" cette vente, a expliqué mercredi 1er juin un porte-parole du groupe à ce sujet.

AFP

Mercredi 1 Juin 2016



Lu 203 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse