Toulon-Corse, nouveau sujet de discorde à la SNCM


Le premier bateau de la SNCM à relier Toulon à la Corse depuis 2001 devait partir le 27 janvier. Dix jours plus tard, il est toujours bloqué à quai à Marseille par les marins CGT, un nouveau conflit qui plonge un peu plus l'ancienne compagnie publique dans l'incertitude.


© Franck André
© Franck André
Il y a un an, c'est la diminution du nombre de liaisons entre Nice et l'île de Beauté, avec la suppression d'un navire, qui avait mis le feu aux poudres. La grève avait duré 47 jours. Cette fois-ci, la discorde est née de l'annonce de la réouverture d'une ligne au départ de Toulon, que la SNCM avait quitté en 2001 après 25 ans de présence. La délégation de service public (DSP) ne concernant plus que Marseille, la SNCM avait repositionné sa flotte sur la cité phocéenne et en partie sur Nice, laissant le champ libre à Corsica Ferries, compagnie française battant pavillon italien.
"Il faut anticiper les évolutions de la DSP" après l'annulation début novembre par la justice de la convention en cours, souligne le président du directoire de la SNCM, Marc Dufour, qui s'attend à un périmètre réduit sur Marseille - la cour administrative d'appel ayant jugé "non justifié" le "service complémentaire" imposé en période estivale. Le dirigeant, espérant une extension de la délégation au port varois, entend dès à présent "se positionner face à la concurrence et regagner des parts de marché". "Il ne s'agit pas de vider Marseille au profit de Toulon", insiste-t-il, évoquant une "vraie demande au niveau de la clientèle, notamment fret".
Pour la CGT, ce retour à Toulon est "prématuré", la ligne s'annonçant comme "déficitaire" sans les subventions associées à la DSP. Preuve en est, selon le syndicat, l'abandon début 2011 par la compagnie italienne Moby Lines de sa liaison Toulon-Bastia après seulement dix mois d'exploitation.
Face à cette situation de blocage, l'avenir de la SNCM est plus que jamais en question. Le groupe, qui emploie 2.000 salariés permanents et 800 saisonniers, a de nouveau accusé en 2011 une perte d'exploitation de 12 millions d'euros (contre 15 millions en 2010) pour un chiffre d'affaires stable, à 285 millions. Et M. Dufour craint que le redressement amorcé ne soit ruiné par le mouvement de grève. La SNCM a en effet réussi à regagner des parts de marché pour dépasser les 31 % l'an dernier (26,8 % en 2010), avec un trafic vers la Corse en progression de plus de 10 % (922.349 passagers), contre 1,915 million pour le numéro un du secteur, Corsica Ferries, en repli de 4 %. Dans ce contexte, l'attribution de la nouvelle DSP va se révéler cruciale.

Anne Beade

Mercredi 8 Février 2012


Tags : maritime, sncm



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse