Toutes les causes du déraillement de Brétigny sont possibles


Une semaine après le déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge, les enquêteurs ne privilégient toujours aucune piste sur les causes de cet accident.


© SNCF
© SNCF
Toutes les pistes susceptibles d'avoir provoqué la catastrophe ferroviaire de Brétigny sont envisageables, a indiqué vendredi 19 juillet une source proche de l'enquête. "Tout reste ouvert : défaut d'entretien, négligence, acte de malveillance", a déclaré cette source. Celle-ci a néanmoins écarté tout lien avec le déraillement partiel d'une locomotive sur un site du groupe nucléaire Areva en Haute-Vienne, incident qui aurait été entraîné par un acte de sabotage, le même jour que le drame de Brétigny.
Cette source s'est également montrée plus nuancée sur la cause immédiate de l'accident que la SNCF, qui privilégie la thèse d'une défaillance matérielle d'une éclisse. "Sur le plan judiciaire, on ne sait pas encore avec certitude si cette éclisse est la cause ou une des conséquences du déraillement", a-t-elle indiqué. Selon la thèse avancée par la SNCF, cette pièce d'acier de 10 kg reliant deux rails s'est détachée et est venue "se loger au centre de l'aiguillage et, à cet endroit, elle a empêché le passage normal des roues du train et aurait provoqué le déraillement", a déclaré Pierre Izard, directeur général des infrastructures de la compagnie ferroviaire. Seule certitude, cette pièce, aujourd'hui saisie, a été retrouvée endommagée, rattachée aux rails avec un seul des quatre boulons qui normalement lui permettent d'être correctement fixée. Sur la scène du déraillement que les secours ont beaucoup piétinée, des boulons et des écrous ont été saisis et font l'objet d'examens.

Trois enquêtes

Trois enquêtes ont été lancées pour déterminer les causes et raisons de cet accident : l'une judiciaire sous l'autorité du parquet d'Évry et deux autres, techniques, menées par la SNCF et le Bureau enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT). Une enquête en flagrance des chefs d'homicide et blessures involontaires a été ouverte immédiatement après le drame par le parquet d'Évry. Elle a été confiée à la direction centrale de la police judiciaire (PJ) et la direction régionale de la PJ de Versailles.

AFP

Lundi 22 Juillet 2013



Lu 116 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse