Transdev installe un nouveau capitaine à la barre de la SNCM


La SNCM se dote mercredi 28 mai d'un nouveau président du directoire, deux semaines après l'éviction de Marc Dufour à l'issue d'un long bras de fer avec son principal actionnaire, Transdev et avec en ligne de mire, un possible démantèlement de la compagnie maritime marseillaise.


© Franck André
© Franck André
Le groupe de transports Transdev, actionnaire majoritaire de la SNCM, a indiqué qu'il présentera le nom d'Olivier Diehl, présenté par l'entreprise comme un "chef d'entreprise expérimenté et reconnu" après une longue carrière dans le domaine du transport. Le conseil de surveillance s'annonce une fois encore tendu et les échanges vifs entre les trois protagonistes de cet interminable feuilleton. Grand gagnant du dernier round, Transdev (66 %, sept sièges), filiale de Veolia et de la Caisse des dépôts, a amorcé le 12 mai sa reprise en main après plusieurs tentatives infructueuses mais un seul objectif : trouver au plus vite une porte de sortie.
Mais pour installer son nouveau patron, il aura besoin cette fois du soutien de l'État (25 %, trois sièges). Car si une abstention avait suffi à pousser Marc Dufour dehors, il faudra cette fois-ci un vote de soutien pour valider la nouvelle direction. Les actionnaires salariés (9 %, 4 sièges), qui soutenaient la direction évincée et ont vécu le dernier épisode comme une "trahison", se montrent désormais très inquiets pour la survie de leur société. D'autant qu'Olivier Diehl devrait être épaulé par Marc François, actuel directeur financier de la SNCM. Déjà membre du directoire, il est "identifié en interne comme un potentiel liquidateur de la société", selon une source proche du dossier.

"Transdev présentera le nom d'Olivier Diehl pour présider la SNCM"


Avec le départ de Marc Dufour, en conflit ouvert avec Transdev depuis plusieurs mois, c'est en tout cas le plan de redressement de la SNCM qui se trouve compromis, en particulier l'achat de quatre navires appelé de leurs vœux par les syndicats. Le seul repreneur qui se soit fait entendre depuis l'abandon du groupe norvégien Siem Industries a d'ailleurs remis aux calendes grecques le renouvellement de la flotte. L'armateur en question, Daniel Berrebi, dirigeant de la société américaine Baja Ferries, a en revanche réfuté tout projet de démantèlement, assurant être intéressé par l'ensemble des activités de la SNCM, opérateur historique des lignes reliant la Corse et le continent, mais qui navigue aussi vers le Maghreb.
Au sein de la compagnie aux 2.600 salariés, cette nouvelle a été accueillie avec scepticisme : la CFE-CGC a ainsi dénoncé "une pure mascarade", quand une source proche du dossier l'a accusé de "masquer son projet de prédation" derrière un discours rassurant.

Menace de grève

Espérant encore éviter le naufrage, les salariés attendent un sursaut de l'État, qui fait figure d'arbitre entre les deux camps et doit aussi gérer le dossier très sensible des contentieux européens. La SNCM est en effet sous le coup d'une double condamnation de Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros d'aides jugées illégales. "Il faut rapidement que les responsables politiques redressent la barre dans ce dossier, sans quoi la CGT mettra tout en œuvre d'ici le 30 juin pour faire respecter les engagements et préserver l'emploi", prévient Frédéric Alpozzo, délégué CGT-Marins (majoritaire). Pour les représentants CFE-CGC, Maurice Perrin et Pierre Maupoint de Vandeul, "il n'est pas trop tard pour changer le scénario et réaffirmer les arbitrages fondamentaux qui donneront un avenir" à l'entreprise. Dans une lettre ouverte en forme d'"alerte sociale", sonnant comme "une semonce" avant le dépôt d'un préavis de grève - qui serait le troisième depuis le début de l'année -, le syndicat de l'encadrement demande au secrétaire d'État chargé des Transports, Frédéric Cuvillier, de "cesser et faire cesser les mensonges et manipulations".
Il y a en tout cas urgence. La SNCM, chroniquement déficitaire depuis sa création il y a un peu plus de trente ans, a vu chuter ses réservations depuis l'épisode du 12 mai. Privatisée en 2006 dans des conditions "contestables", selon un récent rapport parlementaire, elle accumule les pertes, confrontée à la concurrence croissante de Corsica Ferries, aux navires battant pavillon italien et aux équipages multinationaux, quand la SNCM opère sous pavillon français "premier registre", aux normes plus contraignantes. Frédéric Cuvillier avait promis au printemps l'entrée en vigueur en juin du décret dit "État d'accueil", un texte anti-dumping social visant à lutter contre cette "distorsion de concurrence". Or le décret vient d'être repoussé, déplore la CGT, qui y voit un autre signe de la défaillance de l'État dans ce dossier.

Anne Beade

Lundi 26 Mai 2014



Lu 136 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse