Transport maritime de pétrole : l'Ufip pour un transfert de l'obligation de pavillon


Au lendemain du Cimer en décembre 2013, la réforme de la loi sur la sécurité des approvisionnements énergétiques* semblait entendue. Inspirée des rapports Maler et Leroy, elle ciblait l'extension aux produits raffinés de l'obligation de pavillon à hauteur de 5,5 % des volumes consommés à l'instar du brut. À l'époque, l'Ufip avait manifesté sa réserve face à cette évolution confirmée le 5 février à Paris sur fond de redistribution des flux maritimes pétroliers.


Jean-Louis Schilansky, président de l'Ufip © Ufip
Jean-Louis Schilansky, président de l'Ufip © Ufip
En lieu et place d'une extension de l'obligation de pavillon, les pétroliers se prononcent en faveur "d'un transfert de cette obligation du brut aux produits raffinés", déclare Isabelle Muller. "Les discussions sont en cours afin de définir la méthode à mettre en œuvre. Le sujet est complexe car, s'il est facile d'identifier les importateurs de brut, dans le domaine des raffinés, le nombre d'acteurs et les approvisionnements sont plus diversifiés", fait remarquer la déléguée générale de l'Union française des industries pétrolières (Ufip). Sur le fond, les pétroliers "se rangeront à l'avis des pouvoirs publics" mais soulèvent la question des surcoûts induits. Assurant que "l'obligation de pavillon ne contribue en rien à assurer la sécurité des approvisionnements", ils sont en revanche convaincus qu'un transfert ou une extension "se traduira par une augmentation de nos coûts". À ce stade, Isabelle Muller semble approuver le principe d'une redevance sur les produits raffinés mis à la consommation "dont les modalités d'application restent à définir", insiste-t-elle.

700 millions d'euros de pertes

À l'heure des bilans, celui de la réforme portuaire de 2008 est jugé positif. "Globalement, la privatisation a amélioré la fiabilité des opérations, à Marseille notamment", selon Jean-Louis Schilansky. Cette amélioration ne suffit pas cependant à lever les menaces qui pèsent sur le raffinage français (et européen). Évoquant de faibles marges (18 euros en moyenne l'an passé contre 23 euros entre 1997 et 2012), le président de l'Ufip estime à 700 millions d'euros les pertes du secteur en 2013 sur le territoire national. "Cette situation n'est pas tenable et les restructurations vont se poursuivre en Europe". De douze raffineries en 2009 à neuf aujourd'hui, la France a déjà payé un lourd tribu, sa capacité de production s'étant contractée de près de 25 % sur le période !

Les flux maritimes changent

Plusieurs facteurs expliquent cette évolution. "La réduction régulière de la consommation pétrolière en Europe entraîne tout d'abord un ajustement à la baisse des capacités de traitement". Plus récemment, "le raffinage européen dont français est dans une tenaille de compétitivité". D'un côté, "le raffinage américain est devenu très performant" grâce au coût compétitif de son énergie depuis l'exploitation à grande échelle de ses gaz de schiste, et à un taux d'utilisation élevé de ses capacités de production (près de 90 % contre 75 % en Europe). De l'autre, les investissements engagés en Asie et au Moyen-Orient dans des outils de raffinage modernes ont fait naître une nouvelle concurrence.

"L'obligation de pavillon ne contribue en rien à assurer la sécurité des approvisionnements"


Cette redistribution des cartes rejaillit sur les flux maritimes. Vers les États-Unis, le débouché historique des surplus d'essence (nés du déséquilibre de la consommation française au profit du gasoil) se tarit. Et les nouveaux marchés développés, en Afrique en particulier, sont en concurrence avec les essences américaines et du Moyen-Orient. À l'importation, les flux maritimes sont également impactés par l'arrivée massive de gasoil d'Amérique du Nord, là où la principale source d'approvisionnement était la Russie. Si le gaz est promis à un grand avenir, dans l'immédiat, les impacts maritimes et portuaires de ses variations sont marginaux, selon l'Ufip.
Sur les 75 millions de tonnes de produits pétroliers consommés en France l'an passé (- 0,7 %), 98 % ont été importées. Ce taux frôle les 100 % dans le gaz...

* Loi du 31 décembre 1992

Érick Demangeon

Vendredi 7 Février 2014



Lu 418 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse