Trois façons de signaler un avion en détresse


Message radio, code envoyé via un transpondeur ou balises de détresse : il existe, dans un avion de ligne, trois façons pour se signaler en difficulté.


© Egyptair
© Egyptair
Le message de détresse

Depuis la fin des années 1920, "mayday" est l'appel de détresse universel de l'aviation civile. Cet appel radio, suivi du nom de la compagnie et du numéro de vol, alerte le contrôleur aérien et les pilotes qui volent dans un périmètre proche, d'une situation de détresse, d'un danger grave et imminent qui nécessite une assistance immédiate. Le signal "pan pan" alerte, quant à lui, de difficultés qui contraignent à se poser ou se dérouter sans urgence vitale. "Dans les procédures, ça vient à la fin. Avant toute chose, quand il y a une difficulté à bord, on gère la trajectoire, on essaie de résoudre la panne, la priorité est de faire voler l'avion", explique un pilote de ligne. "La perte d'un moteur sera une situation "pan pan" s'il y a trois ou quatre moteurs sur l'avion, "mayday" s'il n'y en a que deux", ajoute-t-il. "Le message "pan, pan" est fréquent, pratiquement tous les jours", précise Gérard Legauffre, expert aéronautique indépendant et ancien enquêteur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA). ""Mayday", ça arrive aussi assez souvent. Mais culturellement, plutôt dans les pays anglo-saxons."

Le code de détresse

Un équipage en situation d'urgence peut également envoyer un code de détresse par l'intermédiaire d'un transpondeur, un équipement électronique qui permet des échanges entre un avion et un autre ou avec une station de contrôle au sol. "Un poste de radar au sol demande à l'avion d'afficher un code chiffré, qui lui permet de s'identifier", explique Gérard Legauffre. Mais l'avion peut aussi utiliser ce dispositif pour envoyer un code d'urgence : 7500 pour un détournement d'avion, 7600 si la radio est en panne et 7700 pour toute situation de détresse. "Si le code 7700 est déclenché, une alarme se déclenche immédiatement sur les postes de contrôle radar" au sol, souligne Gérard Legauffre.

La balise de détresse

Les avions de ligne sont équipés de radio-balises de détresse ou "Emergency Locator Transmitter" (ELT) qui se déclenchent automatiquement en cas d'impact et envoient un signal satellite qui permet de les localiser. "Mais bien souvent, elles n'ont pas le temps d'émettre", car elles se désintègrent au moment ou l'avion touche le sol, ajoute Gérard Legauffre. Il est également possible de déclencher une balise manuellement si l'avion est parvenu à se poser en urgence, afin d'aider les secours à le retrouver.

AFP

Vendredi 20 Mai 2016



Lu 315 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse