UPR : "Notre trafic se développe avec l'Afrique"


Le port de Rouen occupe une forte position sur les trafics Nord-Sud, et en particulier avec l'Afrique de l'Ouest. Philippe Dehays, président de l'Union portuaire rouennaise (UPR), évoque son évolution et aborde les principaux sujets du moment.


Philippe Dehays, président de l'UPR © Jean-Claude Cornier
Philippe Dehays, président de l'UPR © Jean-Claude Cornier
Comment évolue le réseau de liaisons régulières rouennais ?

Nous avons rencontré une difficulté après l'arrêt saisonnier du service conteneurisé Dunkrus qui reliait chaque semaine Rouen et Tanger-Med, hub de Delmas pour l'Afrique. CMA CGM a mis en place fin juillet un navire feeder qui assure un départ chaque samedi du terminal de Grand-Couronne, embarquant à destination du Havre les conteneurs destinés à l'Afrique de l'Ouest et ceux expédiés vers l'océan Indien. Dans le port de l'estuaire, ils sont mis à bord des long-courriers. Pour les Rouennais, il s'agit d'une amélioration certes au regard d’un service aléatoire de barges, mais l'utilisation de la ligne Dunkrus comme feeder est bien plus efficace et adaptée aux exigences de la clientèle. CMA CGM devrait d'ailleurs remettre en place la liaison Rouen-Tanger-Med avec le Dunkrus courant octobre. Nous rencontrons chez nos interlocuteurs de CMA CGM une volonté d'avancer : nous allons travailler à mettre en place une solution pérenne.
Plus généralement, sur l'Afrique de l'Ouest, le trafic est en développement, ce qui nous impose de proposer un service parfait. Plusieurs des pays enregistrent des croissances à deux chiffres. Nous sommes plutôt optimistes et nous saluons l'intérêt des armateurs pour Rouen. Aujourd'hui, il importe pour les professionnels de la place de développer l'importation, le roulant et les trafics conventionnels. En matière de trafic ro-ro, la venue depuis l'an dernier de RMR Shipping apporte une solution à développer. Globalement, en matière de lignes régulières, on doit faire mieux et plus.

Retour des camions sur les quais rive gauche. Qu'en pense l'UPR ?

Fin août, a été rouvert à la circulation, après vingt-deux mois de fermeture, le pont Mathilde, le plus à l'amont de Rouen, un ouvrage très fréquenté par les transporteurs routiers jusqu'alors. Avant même la fermeture du pont, était posée clairement la question de la circulation des poids lourds sur les quais bas de la rive gauche de la Seine, une voie qui permet un accès rapide aux terminaux rouennais en amont et aux industries de proximité. Une commission ad-hoc, animée par Jean-Philippe Laillé (président du Conseil de développement du Grand Port maritime de Rouen), à laquelle participaient toutes les parties concernées, et en particulier le GPMR, la mairie, la Créa et le service de l’État, a été mise en place : une enquête précise a été réalisée pour différencier les camions, ceux qui étaient en transit dans l'agglomération (et qui n'avaient donc pas vocation à utiliser les quais) et ceux concernés par les trafics de desserte de proximité. Aujourd'hui le pont est à nouveau en service et la mairie a décidé de ne pas autoriser les camions, dans l'attente d'une étude concernant la résistance d'un passage haut près des quais. Nous avons le sentiment que, dans ce processus, beaucoup d'énergies ont été dépensées... pour rien. Nous avons (l’ensemble des milieux économiques) été dupés mais nous ne nous laisserons pas faire.

"CMA CGM a mis en place fin juillet un navire feeder"


Qu'attendez-vous d'Haropa ?

Chacun connaît notre réserve concernant le GIE Haropa et sa gouvernance tout étatique. Dans la pratique, nous souhaiterions prioritairement une action sur la fiscalité foncière pour l’ensemble de l’axe Seine et qu’Haropa solutionne la question de la gestion administrative des trafics conteneurisés utilisant les services fluviaux Paris-Rouen-Le Havre : c'est en effet au niveau de l'axe Seine que la difficulté existe. Aujourd'hui, le traitement de ces flux demeure compliqué et constitue de facto un frein au développement. Sur le plan des missions à l'étranger, nous demandons chaque année qu'Haropa organise au moins un déplacement en Afrique. En 2014, nous devrions nous rendre courant octobre à Dakar. Pour 2015, la demande est formulée, mais le programme global des déplacements de Haropa n'est pas encore formalisé.

Jean-Claude CORNIER

Dimanche 28 Septembre 2014



Lu 67 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Octobre 2014 - 15:37 Le port du Havre attend l’éolien offshore


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse