Un agenda décisif pour la voie d’eau


Dans l’attente d’une feuille de route claire annoncée en juin, Transporteurs fluviaux de France alerte les pouvoirs publics sur les dysfonctionnements de la navigation intérieure. En lien avec les ports maritimes, ils concernent la fiabilité des ouvrages critiques, les THC et le chantier multimodal du Havre. Pour un suivi plus fin des infrastructures fluviales, TFF plaide pour la création d’un Haut Conseil ou d’un Observatoire ad hoc.


Didier Léandri et Michel Dourlent, coprésidents de TFF © TFF
Didier Léandri et Michel Dourlent, coprésidents de TFF © TFF
Avec trois trimestres consécutifs de baisse des trafics en 2015, il faut remonter à 2007 pour trouver une situation comparable dans la voie d’eau. Au final, l’activité accuse un repli de 3,7 % avec un peu moins de 7,5 milliards de tonnes-kilomètres, marqué par des évolutions contrastées selon les zones de navigation. Si les bassins Rhône-Saône et du Nord maintiennent leurs activités, les autres reculent nettement. Face à cette érosion, «les priorités sont claires», pour Didier Léandri et Michel Dourlent, coprésidents de Transporteurs fluviaux de France (TFF), qui présentaient leurs vœux 2016 le 28 janvier à Paris. «Il faut conforter le modèle économique du transport fluvial et mettre en œuvre une stratégie cohérente, à la hauteur de l’ambition affichée en matière de massification des trafics, de transition énergétique et de compétitivité de nos ports et de nos territoires». Pointant la réduction des crédits d’investissement de Voies navigables de France de plus de 20 % en 2015 et en 2016, trois dossiers urgents en lien avec les ports maritimes sont évoqués. À commencer par la remise à niveau des ouvrages fluviaux critiques illustrés par l’écluse de Méricourt fragilisant les flux de l’axe séquanien depuis plusieurs années. «Nous demandons que sa régénération fasse l’objet d’une feuille de route engageante dès ce début d’année». Sur l’axe Seine toujours, TFF appelle une nouvelle fois à «l’entrée en service effective et totale du terminal multimodal du Havre sur des bases économiques acceptables et durables. Si cet objectif ne peut être satisfait dans un cadre juridique ou opérationnel privé, les pouvoirs publics se doivent de réfléchir à d’autres modalités comme la DSP». S’appuyant sur le test réussi à Dunkerque, la généralisation d’une «THC unique» dans les ports français dès 2016 est également mise en avant, «conformément aux engagements pris au plus haut niveau en 2015 lors de la Conférence nationale sur le fret fluvial et le Cimer».

Haut Conseil ou Observatoire de l’infrastructure fluviale

Plus globalement, la communauté fluviale unie autour de TFF souhaite que «le fléchage des projets fasse l’objet d’un suivi beaucoup plus précis, en totale transparence, avec l’ensemble des acteurs économiques». Sur le dossier Seine-Escaut par exemple, Didier Léandri et Michel Dourlent estiment légitime que les opérateurs fluviaux fassent partie intégrante de la gouvernance de la société de projet. L’occasion d’interpeller les pouvoirs publics sur le bouclage de ses financements, et le lancement des appels d’offres de sa première tranche de travaux.

"Pour une «THC unique» dans les ports français dès 2016"


Avec la révision des Règlements particuliers de police (RPP) et la refonte du fond consacré à la modernisation de la flotte (Pami), les coprésidents de TFF proposent la mise en œuvre «d’un Haut Conseil ou d’un Observatoire de l’infrastructure fluviale. Organe non statutaire, il centrerait sa communication sur les projets stratégiques à raison de deux séances par an».
 
Rendez-vous en juin

Attentive au Conseil stratégique de l’attractivité en préparation sous l’égide du président de la République et aux suites données au projet de loi pour l’économie bleue déposée par le député Arnaud Leroy, la profession fluviale sera au cœur ou concernée par deux événements en 2016. Le premier est la feuille de route annoncée en juin prochain par Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, dans le cadre de la Conférence nationale sur le fret fluvial. Attendue en vain fin 2015, le second concerne la publication de la «Stratégie nationale France logistique 2025» dont les travaux ont été lancés le 8 juillet 2015 à l’issue de la Conférence nationale sur la logistique…

Érick Demangeon

Mardi 2 Février 2016



Lu 502 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse